dimanche 21 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Porto Rico : Actes de répudiation de la domination coloniale des États-Unis

San Juan, 5 juillet (Prensa Latina) Le Movimiento Independentista Nacional Hostosiano (MINH) et les Travailleurs Communistes et Étudiants pour le Changement Social (Teccs) ont réalisé hier des activités visant à répudier la domination coloniale des États-Unis à Porto Rico.

À l’occasion du 247e anniversaire de l’indépendance de la nation nordique, les deux organisations ont voulu exprimer clairement leur répudiation du colonialisme imposé à cette île des Caraïbes depuis l’invasion du 25 juillet 1898, dans le cadre de la guerre hispano-cubano-américaine.
Dans ce qui est devenu une tradition ces dernières années, plusieurs dirigeants de la MINH, dont le coprésident Ángel Rodríguez León, ont brûlé un drapeau américain sur la Placita Roosevelt, dans le secteur Hato Rey de la capitale.
Lors de l’événement, Rodríguez León a déclaré que pour la deuxième année consécutive, des représentants de Communistes pour le Changement Social étaient également présents, tout en soulignant que  » ce n’est pas à nous de célébrer l’indépendance des États-Unis, mais d’exalter les héros et les martyrs de la lutte menée par les Portoricains  » pour leur liberté.
L’ancienne présidente du MINH, Wilma Reverón Collazo, a fait l’historique de la lutte des peuples contre la domination coloniale, y compris Porto Rico, qui n’a pas atteint son objectif dans ce sens, après 125 ans de lutte et de résistance.
L’organisation Communist Workers and Students for Social Change a organisé une autre activité devant le Capitole, à l’entrée du vieux San Juan, où ils ont placé des affiches sur les statues des présidents américains qui ont visité ou sont passés par Porto Rico.
« Dans le monde entier, ils célèbrent cette date comme celle qui symbolise les normes les plus élevées de la liberté et de la démocratie ; il est clair que lorsqu’ils parlent de liberté, ils se réfèrent à la liberté de quelques-uns d’exploiter la majorité », selon le groupe communiste, qui a dénoncé l’imposition en 2016 du Fiscal Oversight Board (Conseil de surveillance fiscale).
Celle-ci est considérée l’expression maximale de l’impérialisme dans cette île des Caraïbes, car depuis ses débuts, guidés par la Doctrine Monroe et la Destinée Manifeste, ils ont envahi et déstabilisé des pays afin de défendre les intérêts de la bourgeoisie.
Dans leur dénonciation, les travailleurs communistes et les étudiants de Social Change ont fait état de la barbarie de Washington depuis qu’il est devenu un empire, y compris les différentes invasions et agressions, dont l’invasion de la Baie des Cochons et le blocus contre Cuba.
jcc/livp/nrm

EN CONTINU
notes connexes