dimanche 21 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Les États-Unis accepteront des demandes d’asile de certains migrants bloqués au Mexique

Mexico, 31 juillet (Prensa Latina) Les États-Unis accepteront des demandes d’asile de migrants de Cuba, d’Haïti, du Nicaragua et du Venezuela bloqués au Mexique, a rapporté ce week-end le quotidien La Jornada avec des informations de ses correspondants à Washington et à New York.

Bien qu’il ne précise pas le nombre de visas qui seront accordés, il indique qu’il s’agira de personnes qualifiées, sans préciser ce que signifie cette catégorie.
«Nous nous engageons à accepter des références de réinstallation de réfugiés qualifiés de Cuba, d’Haïti, du Nicaragua et du Venezuela qui se trouvent déjà au Mexique», a déclaré Jake Sullivan, conseiller national de la Maison Blanche pour la sécurité nationale.
Il a précisé qu’il s’agissait d’une mesure convenue avec le gouvernement d’Andrés Manuel López Obrador.
Cette semaine, le président mexicain a eu « des réunions très productives » avec une délégation des États-Unis dirigée par la conseillère à la sécurité nationale de la Maison-Blanche, Elizabeth Sherwood-Randall.
En échange, le gouvernement mexicain s’engage à garder les migrants sans papiers qui cherchent à arriver aux États-Unis aussi loin que possible de la frontière entre les deux pays dans un « espace polyvalent » dans le sud du pays.
Sullivan a déclaré hier : « Nous annonçons notre plein soutien à un espace international polyvalent que le gouvernement du Mexique prévoit d’établir dans le sud du pays pour offrir de nouvelles possibilités de refuge et de travail aux personnes les plus vulnérables qui se trouvent actuellement sur son territoire».
Cette mesure, a-t-il souligné, est basée sur une série d’initiatives réussies de voies légales que les présidents Joe Biden et Lopez Obrador ont accepté de lancer au cours de l’année écoulée.
L’élargissement de la coopération entre les États-Unis et le Mexique pour gérer notre frontière commune de manière humaine et ordonnée témoigne des liens forts et durables d’amitié et de partenariat entre nos deux pays, a-t-il ajouté.
Le « soutien » non précisé de la Maison Blanche à cette mesure intervient peu après qu’un juge fédéral nord-américain a déclaré illégales les politiques migratoires du gouvernement de Biden qui cherchent à refuser l’asile à presque tous les demandeurs qui arrivent à la frontière sans autorisation, signalent les correspondants de La Jornada.
La résolution ordonne leur suspension dans deux semaines, mais le gouvernement Biden a indiqué qu’il contestait la décision.
Pour l’instant, selon le gouvernement Biden, ces mesures ont été efficaces pour réduire le flux migratoire à la frontière.
« Le mois dernier, plus de gens sont entrés dans le pays par des points d’entrée officiels en suivant les nouvelles règles que le nombre de ceux capturés par la patrouille frontalière entre les ports d’entrée », a rapporté Adam Isacson, analyste spécialisé dans ces questions au Bureau des affaires latino-américaines à Washington.
« Les gens à Washington sentent que le Mexique travaille avec les États-Unis sur la migration », a ajouté Isacson, soulignant la décision du gouvernement mexicain de limiter les visas de transit pour les migrants qui cherchent à traverser le pays et à atteindre la frontière nord.
peo/rgh/Lma

EN CONTINU
notes connexes