lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Changement des règles de bancarisation à Cuba

La Havane, 3 août (Prensa Latina) Les autorités financières cubaines ont signalé que les règles de bancarisation dans le pays changeaient à partir d’aujourd’hui, décision publiée au Journal officiel no 55 de la République.

Un rapport publié ce jeudi dans le journal Granma ajoute que sont ainsi approuvées les nouvelles règles bancaires sur les limites pour les encaissements et les paiements en espèces en monnaie nationale, ce qui vise manifestement à favoriser l’utilisation de mécanismes électroniques pour ces démarches.
La note précise que, compte tenu de la détérioration du réseau de guichets automatiques dans le pays, une des actions prévoit que ces équipements ne dispenseront uniquement que les cartes de personnes physiques associées aux salaires, comptes d’épargne, pensions et autres avoirs personnels.
La Banque centrale de Cuba (BCC) a prévu un ensemble de nouvelles mesures pour favoriser les processus de bancarisation, qui ont pour principe de maintenir l’égalité pour tous les acteurs de l’économie nationale et, comme principal objectif, la réorganisation des flux bancaires.
C’est pourquoi ces règles fixent des limites pour les encaissements et les paiements en monnaie nationale, leur dépôt, leur extraction et leur détention.
Selon l’entité, l’utilisation accrue de l’argent liquide dans les transactions économiques et financières a entraîné un recul des niveaux de bancarisation et d’inclusion financière dans le pays.
À cela, insiste le rapport, s’ajoutent les coûts élevés associés à l’émission, le transport, le traitement et le stockage, ainsi que la demande croissante dans le nombre de guichets automatiques pour le retrait d’argent.
C’est pourquoi les autorités prévoient d’accroître la bancarisation des opérations financières, par le biais des canaux de paiement électroniques, d’adopter des mesures propres à assurer leur mise en œuvre et à faciliter les processus de recouvrement et de paiement, en dynamisant les finances de tous les acteurs économiques et leur relation avec la population.
La note souligne que la résolution s’applique aux entreprises d’État, aux organisations dirigeantes d’entreprises, aux unités budgétaires, aux coopératives non agricoles, aux coopératives agricoles, aux producteurs agricoles, aux agriculteurs individuels, aux pêcheurs commerciaux ainsi qu’aux micro, petites et moyennes entreprises et aux projets de développement local.
Elles concernent également les travailleurs indépendants, les artistes et les créateurs, ainsi que les modalités de l’investissement étranger et les formes créées en vertu de la loi sur les associations.
Elles s’appliquent également aux personnes physiques ou morales qui ne sont pas citées ci-dessus si elles exercent des activités commerciales et de services légalement autorisées.
Le vice-président de la BCC, Alberto Quiñones, a rappelé que ce processus est basé sur la numérisation des opérations effectuées par le système bancaire dans le cadre de sa modernisation technologique et est déterminé, en outre, par les expériences dans le travail de l’utilisation des canaux électroniques.
C’est pourquoi, a-t-il ajouté, ces dispositions accéléreront le processus de bancarisation des opérations, y compris toutes les relations de recouvrement et de paiement des acteurs économiques qui reposent sur les méthodes de la banque et doivent être basées sur des transactions électroniques.
Le directeur général des opérations et des systèmes de paiement de la BCC, Julio Pérez, a déclaré que plus de 15 millions de cartes ont été émises dans ce pays et que 200 millions d’opérations bancaires ont transité par voie électronique l’année dernière, ce qui démontre la fidélité de ce mécanisme.
Il a précisé qu’un plafond de cinq mille pesos cubains (un dollar étasunien équivaut à 120 pesos cubains, selon les taux de la BCC) par opération est fixé pour les recouvrements et les paiements en espèces, qui découlent d’une relation contractuelle entre ceux qui sont soumis à cette résolution.
Il a ajouté que les liquidités prélevées dans les succursales pour le paiement des salaires, indemnités et autres prestations seraient garanties par le principe de la relation entre l’entité concernée et la banque.
Les opérations de recouvrement et de paiement d’un montant supérieur à 5 000 pesos cubains sont désormais effectuées au moyen d’instruments de paiement et de créances autres que les espèces, la priorité étant donnée à leur exécution par voie électronique.
peo/mgt/rfc

EN CONTINU
notes connexes