mercredi 17 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Soutien populaire à Xiomara Castro

Tegucigalpa, 3 septembre (Prensa Latina) Des milliers de citoyens ont confirmé leur soutien à la présidente Xiomara Castro lors d’une gigantesque manifestation hier au cours de laquelle ils ont exigé le respect de l’ordre constitutionnel du Honduras et demandé l’élection des nouveaux procureur général et adjoint.

La mobilisation, que les analystes considèrent comme l’une des plus importantes de l’histoire politique locale, a également été propice à réaffirmer le projet de refonte face aux menaces d’un nouveau coup d’État par les forces d’opposition à la tête des partis National, Alliance patriotique et Salvador du Honduras.
Depuis divers départements du pays, les participants sont arrivés à Tegucigalpa, habillés pour la plupart de rouge et de noir, et se sont concentrés dans les environs immédiats de la maison présidentielle, d’où ils se sont dirigés, lors d’une longue marche, aux abords du Congrès national, en prononçant des slogans tels que « coups d’État jamais plus » et « Xiomara n’est pas seule».
Lors d’un discours prononcé quelques minutes avant le début de la marche patriotique pacifique, la présidente du Honduras s’est adressée au peuple et a dénoncé une conspiration orchestrée par les mafias et les élites du crime organisé et du trafic de drogue pour renverser son gouvernement.
Elle a déclaré que ces mêmes forces du mal ne veulent ni dialogue ni consensus, car elles cherchent à créer l’anarchie et méprisent la liberté du (peuple) souverain qui l’a élue.
Selon elle, la solution aux grands problèmes de la nation est d’unir le peuple dans le combat frontal au modèle néolibéral qui favorise la corruption et la spoliation.
Nous voulons un pays où prévalent la justice sociale et le droit, a déclaré la première femme présidente de la république, ajoutant que c’est ce que demande l’unité populaire devant les ennemis éternels de la patrie. « Nous devons jeter les bases du projet de socialisme démocratique », a-t-elle manifesté.
Elle a souligné les réalisations de son gouvernement en un an et demi, depuis son investiture, et a évoqué le démantèlement, à pas de géant, du régime dictatorial de pillage auquel les Honduriens ont été soumis au cours de la dernière décennie.
peo/(Tiré de l’Orbe, hebdomadaire de Prensa Latina)

EN CONTINU
notes connexes