samedi 25 mai 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Khiam : les crimes israéliens perpétrés dans une prison libanaise

Beyrouth, 11 septembre (Prensa Latina) A quelques kilomètres de la frontière avec la Palestine occupée, la prison de Khiam, maintenant transformée en musée, illustre les crimes commis par l'Armée israélienne lors de sa présence au Liban.

Deux jours avant le retrait du dernier soldat israélien de cette région en 2000, plus de 100 prisonniers avaient été libérés de l’enceinte après que les citoyens aient pris d’assaut l’établissement.
La prison construite après l’invasion de 1982 a été un centre de torture pour Tel-Aviv et a été laissée au secret pendant plus d’une décennie, jusqu’en 1994, date à laquelle les autorités israéliennes ont autorisé l’entrée de la Croix-Rouge.
Près de cinq mille détenus, dont environ 500 femmes, ont souffert pendant des années des actions génocidaires et terroristes des responsables israéliens.
Des témoins rapportent qu’en plus des conditions déplorables des cellules et des violences physiques et psychologiques, des prisonniers étaient également privés de nourriture.
Les ruines de la prison témoignent d’histoires de souffrance et dans le même temps de résistance d’hommes et de femmes âgés de 12 à 77 ans.
Des années plus tard, pendant la guerre de 2006, plusieurs raids de Tel-Aviv ont bombardé l’ancien centre de détention pour éliminer les traces de crimes.
peo/livp/mem/yma

 

EN CONTINU
notes connexes