samedi 25 mai 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La CARICOM appelle les Nations unies à soutenir davantage les pays en développement

Nations Unies, 18 septembre (Prensa Latina) Le président de la Dominique, Charles Savarin, au nom de la Communauté des Caraïbes (CARICOM), a appelé aujourd’hui à prendre des mesures de soutien aux pays en développement afin de faire avancer les objectifs mondiaux.

Au cours de son allocution en plénière au Sommet sur les Objectifs de Développement Durable (ODD), Savarin a souligné la nécessité d’aider les pays les moins développés par des prêts à long terme à faible taux d’intérêt et un allégement de la dette.
Il a signalé que les effets de la pandémie de Covid-19, exacerbés par les changements climatiques, exige un leadership encore plus fort au niveau multilatéral et un engagement accru des gouvernements et des autres parties prenantes à assumer la mise en œuvre des objectifs proposés pour passer au niveau suivant.
« Nous croyons fermement qu’un engagement, une solidarité et des actions de transformation accrus sont nécessaires pour atteindre ces objectifs dans un délai réaliste », a-t-il déclaré.
La CARICOM, a-t-il déclaré, soutient la déclaration politique formulée par le secrétaire général dans un nouvel appel lancé à tous les États membres pour qu’ils s’engagent de nouveau dans ce processus de transformation.
Ce partenariat, a-t-il souligné, appelle à une action urgente de la part de la communauté internationale pour réformer l’architecture financière mondiale et assurer un environnement propice pour que les pays en développement participent activement et bénéficient de l’économie mondiale.
Il a assuré que les pays membres de la Communauté des Caraïbes soutiennent l’appel à la définition des budgets nationaux sur la base des ODD.
Il a par ailleurs appelé en travailler en faveur de l’égalité des sexes, l’autonomisation des femmes et des filles, la réduction de la pauvreté interne, l’accès à l’eau potable, ainsi que de la sécurité alimentaire et énergétique.
Il a ajouté que la technologie devait être utilisée comme outil de transformation et qu’aucun citoyen ne devait être désavantagé.
« L’Agenda 2030 est réalisable. Nous vivons une époque sans précédent, mais nous pouvons tirer confiance du fait que nous avons accès à une grande quantité de connaissances et de ressources pour répondre aux exigences de l’époque », a-t-il déclaré.
peo/ro/Ifs

EN CONTINU
notes connexes