lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Chine a sanctionné 405 000 fonctionnaires lors de sa campagne contre la corruption

Pékin, 30 octobre (Prensa Latina) La Chine a sanctionné 405 000 fonctionnaires entre janvier et septembre 2023 dans le cadre de la campagne anti-corruption menée par le gouvernement et le Parti communiste (PCCh).

Selon les données de la Commission centrale de contrôle de la discipline du PCCh et de la Commission nationale de surveillance, 34 d’entre eux occupaient des postes importants au niveau provincial ou ministériel.
En outre, deux mille 244 appartenaient à des départements ou des agences étatiques, 16 mille à des comtés, 54 mille étaient de municipalités, 56 mille fonctionnaires généraux et 277 mille faisaient partie des zones rurales, entreprises et autres organisations.
Selon le rapport, au cours des neuf premiers mois de l’année, les organes de contrôle ont utilisé les dénommées «quatre formes» (critique, éducation, aide et correction) pour traiter un total de 1,2 million de personnes faisant l’objet d’une enquête.
«Au total, 2,6 millions de rapports et de plaintes ont été reçus, dont 819 mille portaient sur des accusations formelles», précise le communiqué.
La plupart des cas concernaient des malversations, des détournements, des contrefaçons et des extorsions.
Depuis son arrivée à la présidence en 2012, Xi Jinping a proposé avec plus de fermeté de mettre fin aux quatre styles de travail indésirables : « le formalisme, la bureaucratie, l’hédonisme et l’extravagance ».
La haute direction du Parti communiste chinois considère la corruption comme l’une des principales menaces pour cette organisation politique et a pris des mesures contre ceux qui se livrent à de telles actions, contre lesquels, a-t-il averti, le poids de la justice tombera.
D’où l’expression chinoise concernant la campagne anti-corruption qui touche « aussi bien les tigres (cadres supérieurs) que les mouches (fonctionnaires et autres subalternes) ».
peo/mem/idm

 

EN CONTINU
notes connexes