mercredi 17 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Nouvelle victoire à l’ONU contre le blocus imposé à Cuba

La Havane, 4 novembre (Prensa Latina) L’adoption de la résolution présentée par Cuba aux Nations Unies pour demander la levée du blocus imposé par les États-Unis avec 187 voix pour, a marqué la semaine qui se termine dans le pays caribéen.

Le texte, approuvé pour la trente et unième fois, a reçu uniquement deux voix contre (États-Unis et Israël) et un État membre s’est abstenu (Ukraine).
Ce résultat confirment que la communauté internationale a une fois de plus isolé le gouvernement des États-Unis en considérant que sa guerre économique contre l’île constitue la violation la plus flagrante des droits humains du peuple, entrave le développement de ce pays et, de par sa portée extraterritoriale, nuit également à d’autres nations.
Le ministre des Affaires étrangères cubain, Bruno Rodriguez, a qualifié devant l’Assemblée générale de l’ONU le blocus d’acte de guerre économique en temps de paix, visant à annuler la capacité du gouvernement à répondre aux besoins de la population, à créer une situation d’ingouvernabilité et à détruire l’ordre constitutionnel sur l’île.
Avec acharnement et précision chirurgicale, il attaque les secteurs les plus sensibles de l’économie et cherche délibérément à infliger le plus de dommages possible aux familles cubaines, a manifesté le ministre.
Rodriguez a déclaré que son pays poursuivrait ses efforts révolutionnaires et de transformation, en cherchant des issues à ce blocus imposé par l’impérialisme étasunien et des voies pour avancer vers la prospérité avec la justice sociale que mérite la plus grande des Antilles.
En apprenant les résultats du vote, le président Miguel Diaz-Canel a assuré qu’il s’agissait d’une nouvelle victoire du peuple cubain et de sa Révolution; de la reconnaissance et l’appui de la communauté internationale à l’héroïsme et à la résistance de Cuba, ainsi que du « triomphe de la dignité et du courage de notre peuple ».
Il a également qualifié de ridicule le discours du représentant des États-Unis et a souligné que ses paroles, pleines de mensonges, de calomnies et d’hypocrisie, devraient lui faire honte devant la condamnation immensément majoritaire de cette politique «génocidaire, injuste et criminelle».
peo/lam/mks

EN CONTINU
notes connexes