samedi 18 mai 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Bob Schwartz, le nord-méricain qui appelle le blocus par son nom

Nations Unies (Prensa Latina) Après près de 30 ans d’efforts pour amener à Cuba des fournitures médicales et collaborer avec des institutions de santé, Bob Schwartz sait clairement que la politique des États-Unis envers l’île porte le nom de blocus.

Par Elizabeth Borrego Rodriguez (Correspondante en chef de Prensa Latina à l’ONU)
Le directeur exécutif de l’organisation non gouvernementale Global Health Partners (GHP) considère la nation caribéenne comme un «cas différent» en vue d’établir des dons pour son système de santé et ce précisément en raison du siège imposé par le gouvernement nord-américain depuis plus de 60 ans.
GHP, une association de solidarité créée par des institutions de santé publique en Amérique latine et dans les Caraïbes, œuvre à la construction de systèmes de soins de santé autonomes.
Cependant, après trois décennies d’échanges avec le ministère cubain de la Santé, le travail avec la plus grande des Antilles en fait une destination particulière.

«Cuba a une situation très différente; dans la plupart des pays latino-américains où nous travaillons, il y a un manque de compétences, tandis que sur l’île les médecins et les travailleurs de la santé sont très instruits et compétents», a déclaré Schwartz à Prensa Latina.
Au milieu de la pandémie, l’organisation a préparé une campagne qui a permis d’envoyer sur l’île six millions de seringues pour soutenir la vaccination contre la Covid-19 et ce avec des vaccins nationaux.
«Cuba se trouvait dans une situation unique, elle avait ses propres vaccins mais avait besoin de seringues et avait pour objectif de vacciner toute sa population. Ce fut probablement notre travail le plus important à Cuba et ce fut un honneur de pouvoir le faire», a-t-il reconnu.
Mais après avoir surmonté la pandémie, le pays doit encore faire face à d’énormes défis pour accéder à l’achat de matériel, de fournitures et de médicaments sur le marché international, ce qui a un impact tant sur la santé que sur les tentatives de GHP pour aider l’île.
C’est pourquoi le mot blocus est fréquent lorsque Schwartz tente d’expliquer les obstacles à l’envoi direct de dons à Cuba.
«La nature extraterritoriale des sanctions confirme qu’il s’agit d’un blocus et non d’un simple embargo», a-t-il souligné.
LA ROUTE DIFFICILE DE L’AIDE À CUBA
En 1994, Bob Schwartz s’est rendu pour la première fois à Cuba au cours de la Période spéciale, qui a marqué l’un des contextes les plus complexes de l’économie nationale.
La collaboration a alors commencé avec des médicaments de base et du matériel médical, un projet très simple avec des antibiotiques, des produits jetables, c’est-à-dire des gants, des seringues et d’autres intrants envoyés comme dons des États-Unis, a-t-il rappelé.

Au fil du temps, la relation de GHP dans le pays a évolué avec l’évolution des besoins.
« Nous avons toujours été fiers de la rapidité avec laquelle nous nous sommes adaptés et avons échangé avec le ministère de la Santé publique de l’île », a-t-il déclaré.
Des décennies plus tard, le pays a réussi à produire plus de 85 pour cent de ses médicaments génériques et le GHP a soutenu le système local avec d’autres produits comme les médicaments contre les maladies rares, les équipements chirurgicaux et d’autres priorités.
Mais l’arrivée au pouvoir de Donald Trump (2017-2021) et l’adoption de 243 mesures supplémentaires à la longue liste de dispositions contre Cuba ont compliqué le contexte.
«L’inclusion de Cuba dans la liste (unilatérale de Washington) des parrainant (prétendument) le terrorisme l’a rendu encore plus difficile pour nous et pour Cuba par rapport aux partenaires mondiaux», a-t-il expliqué.
Depuis lors, l’achat de matériel, les dons et l’expédition vers l’île sont de plus en plus compliqués, a regretté Schwartz.
Entre autres obstacles, il a souligné le manque de transport aérien commercial depuis le territoire des États-Unis, ce qui oblige à utiliser des «itinéraires très créatifs» pour acheminer des médicaments vers la capitale cubaine.
« Nous avons transporté des cargaisons réfrigérées de New York à Bruxelles puis à Madrid pour arriver à La Havane, ce qui prend plusieurs jours », a-t-il déclaré.

Dans une relation normale, nous pourrions voler directement à partir des États-Unis en trois heures et même amener les fournitures par la mer, mais ce n’est pas le cas, a-t-il fait remarquer.
Schwartz a déploré l’immobilisme de l’administration de Joe Biden vis-à-vis de Cuba, ce qui oblige l’organisation à compter sur des licences d’exportation de plus en plus lentes à obtenir et entrave l’acquisition des produits nécessaires dans le pays.
«Il est très difficile pour nous d’acheter à des entreprises qui ne veulent tout simplement pas nous vendre en sachant que le produit ira à Cuba», a-t-il expliqué.
En revanche, le GHP n’a pas besoin d’autorisation du gouvernement pour envoyer des intrants au Mexique, au Guatemala, au Nicaragua ou en Bolivie, certains des pays où il a des programmes similaires.
«Il est beaucoup plus agile et il existe de nombreuses options par voie aérienne ou maritime, ce qui n’est pas le cas de Cuba».
UN SIÈGE SANS EXCEPTION
Même si le travail du GHP est axé sur les dons et l’aide à la santé, cela ne représente aucun avantage à contourner les politiques de blocus.
Les centaines de dispositions existantes prévoient une exception pour les envois destinés à des particuliers ou à des organisations à but non lucratif, ce qui n’est pas le cas pour les grands donateurs du Ministère de la Santé publique. À cela s’ajoutent l’impossibilité pour Cuba d’obtenir du matériel de diagnostic auprès de fabricants étasuniens et le refus d’autres entités de commercer avec l’île par crainte de sanctions.
«J’ai connu des mères et des pères qui voient leurs enfants mourir de cancers qui seraient et pourraient être soignés sans le fait que Cuba ne peut pas acheter de médicaments de chimiothérapie à des entreprises nord-américaines», a avoué Schwartz.
Il en va de même pour les pacemakers et les batteries pour patients cardiaques, impossibles à acheter parce qu’ils comportent des pièces d’origine nord-américaine. Dans un avenir parfait, Cuba pourrait obtenir les médicaments et les fournitures, le matériel de diagnostic, les médicaments de chimiothérapie dont les enfants ont besoin pour pouvoir vivre, seulement si les relations étaient normales, a-t-il ajouté.
Le directeur exécutif du GHP a souligné le fait que pendant plus de trois décennies, la majorité des membres de l’Organisation des Nations Unies (ONU) a adopté la résolution appelant à la fin du blocus contre Cuba.
Cependant, l’administration actuelle de la Maison Blanche ne semble pas intéressée par des changements, malgré les appels mondiaux de gouvernements, d’organisations et d’activistes, ainsi que les propres promesses électorales du président des États-Unis.
«J’aimerai penser que j’ai tort et qu’à un moment donné, la pression du public nord-américain les poussera à changer leur politique qui est simplement immorale et illégale», a manifesté Schwartz.
J’espère vraiment que cette résolution de l’ONU suggérera un changement radical pour l’administration Biden; ce ne serait qu’écouter ce que réclame le monde, a-t-il conclu.
peo/arb/ebr

EN CONTINU
notes connexes