samedi 18 mai 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Une journaliste quitte le New York Times pour son opposition aux crimes commis à Gaza

Washington, 7 novembre (Prensa Latina) La journaliste nord-américaine Jazmine Hughes est aujourd’hui une victime de la guerre : elle a perdu son emploi au The New York Times Magazine pour avoir condamné le génocide du régime de Tel-Aviv à Gaza.

La journaliste a renoncé à la publication parce que, selon ses dirigeants, elle a violé la politique de la rédaction en signant une lettre diffusée en ligne la semaine dernière par un groupe appelé Écrivains contre la guerre à Gaza.
Le collectif, décrit comme « une coalition ad hoc engagée en faveur de la solidarité et de la libération du peuple palestinien », a dénoncé l’attaque de nettoyage ethnique d’Israël contre les Palestiniens, ainsi que la mort de journalistes qui couvraient la guerre.
Des centaines de personnes ont paraphé le texte, y compris d’autres journalistes et auteurs de renom, qui ont souscrit au fait que «nous soutenons fermement le peuple de Gaza».
Jake Silverstein, rédacteur en chef du The New York Times Magazine, a annoncé la démission de Hughes dans un courriel aux membres du personnel vendredi soir.
«Bien que je respecte le fait qu’elle ait des convictions fermes, c’était une violation flagrante de la politique du Times sur les manifestations publiques», a-t-il écrit.
Le directeur a affirmé que Hughes avait déjà enfreint cette politique en signant une autre lettre publique cette année, à cette occasion sur les questions transgenres.
Sa position l’a pratiquement forcée à démissionner, parce que «elle et moi avons discuté du fait que son désir d’occuper ce genre de position publique et de se joindre à des protestations publiques n’est pas compatible avec être journaliste dans le Times, et nous avons tous deux conclu qu’elle devrait démissionner», a souligné Silverstein.
Hughes, qui a travaillé avec le Times depuis 2015 en tant que rédactrice et auteur pour le magazine, a remporté en 2020 le prix Next de la Société nord-américaine des éditeurs de magazines pour les journalistes de moins de 30 ans, puis elle a reçu en 2023 un prix national pour la rédaction de profils pour des articles sur Viola Davis et Whoopi Goldberg.
Vendredi dernier, un écrivain collaborateur du même magazine et qui a également signé la lettre, Jamie Lauren Keiles, a déclaré dans une publication sur X qu’il ne contribuerait plus au Times, car il s’agissait d’une décision personnelle sur le type de travail qu’il souhaitait exercé.
peo/mem/dfm

EN CONTINU
notes connexes