mercredi 17 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’Argentine questionne la position britannique sur les Malouines

Buenos Aires, 22 novembre (Prensa Latina) Le ministère argentin des Affaires étrangères a questionné hier la position du gouvernement britannique sur les îles Malouines et a critiqué son refus de reprendre les négociations pour résoudre le différend entre les deux pays.

La veille, un porte-parole du Premier ministre britannique Richi Sunak a déclaré : «La question des Malouines est réglée depuis longtemps et il n’est pas prévu de revoir la position britannique».
Dans un communiqué, le ministère argentin des Affaires étrangères a rejeté ces déclarations et rappelé que l’existence d’un différend concernant la souveraineté sur ce territoire, ainsi que les îles de la Géorgie du Sud, des Sandwich du Sud et les espaces maritimes environnants a été reconnue par l’Assemblée générale des Nations Unies en 1965.
L’Assemblée elle-même et son Comité spécial de la décolonisation, ainsi que d’autres instances régionales et multilatérales, l’ont répété à maintes reprises.
En particulier, la résolution 37/9, adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies en novembre 1982, quelques mois seulement après le conflit dans l’Atlantique Sud entre les deux pays, a exhorté les deux parties à reprendre les négociations et a chargé le secrétaire général d’une mission de bons offices pour rapprocher les parties, signale le communiqué.
En conséquence, la guerre de cette année-là n’a pas modifié la nature du différend, qui est toujours en suspens à ce jour, ajoute le ministère.
Le communiqué indique qu’ « en 40 ans de démocratie, les gouvernements argentins ont demandé au Royaume-Uni de reprendre les pourparlers, ce qui constitue une politique d’État consacrée dans la première clause transitoire de la Constitution ».
Cette disposition réaffirme la souveraineté légitime et imprescriptible de l’Argentine sur ces parties du territoire national et stipule que la récupération de ces parties, dans le respect du mode de vie de ses habitants, et conformément aux principes du droit international, constituent un objectif permanent et incontournable, précise le ministère.
Il indique également que le 2 mars dernier, l’Argentine a proposé au gouvernement britannique un nouvel agenda bilatéral sur l’Atlantique Sud prévoyant l’établissement d’un processus formel de négociations.
peo/Jha/gaz

EN CONTINU
notes connexes