mardi 23 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Neutraliser les sanctions, point commun Iran-Cuba

Téhéran, 4 décembre (Prensa Latina) Le président iranien, Seyed Ebrahim Raisi, a confirmé aujourd’hui une collaboration étroite avec Cuba dans plusieurs domaines, dont la voie pour neutraliser les sanctions de Washington contre les deux pays.

«L’un des points communs avec Cuba est que nous sommes tous deux confrontés et que nous résistons face au système d’hégémonie impériale, (résistance) dont Cuba est le pionnier, une réalité qui est appréciable», a expliqué le président iranien.
C’est ce qu’a déclaré l’homme d’État après des entretiens officiels avec son homologue cubain, Miguel Diaz-Canel, et après avoir assisté à la signature de six accords et mémorandums de coopération entre les deux pays.
Nous avons résisté, ils pensent qu’ils peuvent faire plier nos peuples, mais ce sont des calculs erronés parce que les sanctions n’ont pas fait reculer nos principes, a-t-il ajouté.
Face à cette réalité, le renforcement de notre coopération sera la voie pour neutraliser ces sanctions injustes imposées par les États-Unis contre les deux États, a souligné le président perse.
J’espère que nous suivrons avec constance les accords signés tant à La Havane qu’à Téhéran, afin qu’ils se concrétisent rapidement et que les peuples de Cuba et d’Iran puissent bénéficier de leurs réalisations respectives, a-t-il ajouté.
Il a par ailleurs souligné les relations croissantes dans divers secteurs, notamment en matière d’échanges de connaissances dans les domaines de la science et de la technologie, dont l’expression a été évidente lors du travail conjoint d’un vaccin contre la Covid-19.
Raisi a remercié le gouvernement et le peuple de Cuba pour leur amitié et a salué les discussions bilatérales précédentes, ainsi que le dialogue actuel et les progrès des échanges dans les domaines de la biotechnologie et des nanotechnologies.
Une autre réalité qui a été examinée au cours de la rencontre entre les deux présidents a été la situation déplorable dans laquelle se trouve le peuple palestinien. Les deux parties ont dénoncé le racisme et les crimes contre l’humanité commis par Israël contre les Palestiniens à Gaza.
Il est très regrettable, a expliqué le dirigeant perse, que le gouvernement de Washington encourage et soutienne ces atrocités commises par Tel-Aviv, avant de qualifier d’inexplicable l’inaction des organismes multilatéraux pour arrêter ces atrocités.
Nous avons parlé de la nécessité d’un nouvel ordre mondial qui aide les dépossédés et ne permette pas ce genre de massacres, comme celui qui se passe en Palestine, et nous convenons qu’une nouvelle alliance mondiale doit émerger à cette fin, a-t-il ajouté.
peo/jf/ynr

EN CONTINU
notes connexes