lundi 15 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Des agences de l’ONU mettent en garde contre le coût humanitaire pour les civils à Gaza

Nations Unies, 8 janvier (Prensa Latina) Les agences humanitaires de l’ONU ont averti aujourd’hui du nombre de femmes et d’enfants victimes des dernières attaques israéliennes à Gaza, tout en demandant un accès plus large aux équipes médicales.

Selon les rapports du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA), les forces israéliennes ont attaqué des cibles dans la ville de Gaza, le camp de Jabaliya, Tal Az Za’atar et Beit Lahiya, causant un grand nombre de morts dans la zone d’Al Fallouja du camp de Jabaliya.
L’OCHA a signalé d’autres agressions dans le gouvernorat (central) de Deir Al Balah et dans les villes du sud de Khan Younis et de Rafah, tandis que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a insisté sur les besoins immenses des hôpitaux, où les patients doivent être traités à mème le sol.
Les médecins du seul établissement en activité dans le gouvernorat de Deir al-Balah ont été contraints de partir, a déploré le responsable des urgences sanitaires de l’OMS, Sean Casey, dans une vidéo alarmante postée sur le réseau social X.
Selon lui, il ne reste plus que cinq médecins à l’hôpital Al-Aqsa, dans la zone médiane de Gaza, où une équipe de l’OMS a fourni des fournitures médicales pour aider quatre mille cinq cents patients sous dialyse pendant trois mois et 500 patients nécessitant des soins traumatiques.
Tedros Adhanom Ghebreyesus, responsable de l’agence de santé de l’ONU, a déclaré qu’aucun hôpital n’était pleinement opérationnel dans le nord de l’enclave.
À Al-Aqsa, plus de 600 patients et la plupart des agents de santé ont été contraints de quitter les installations, a déclaré le directeur général de l’OMS, jugeant inconcevable que la protection des soins médicaux ne puisse pas être assurée.
Dans d’autres parties de Gaza, une poignée d’établissements de santé fonctionnent à peine, a ajouté Ghebreyesus.
Selon les estimations de l’OCHA, 225 Palestiniens ont été tués entre vendredi et dimanche et près de 300 ont été blessés.
Pour sa part, le Ministère de la Santé de Gaza estime à 22 835 le nombre de victimes létales du conflit qui a éclaté après l’incursion du Hamas dans le sud d’Israël le 7 octobre, avec un bilan de près de 1 200 morts et 250 otages.
peo/ro/ebr

EN CONTINU
notes connexes