dimanche 25 février 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française

Un syndicat argentin dénonce la répression des journalistes

Buenos Aires, 9 février (Prensa Latina) Le Syndicat de la presse de Buenos Aires (Sipreba) a rapporté aujourd’hui avoir dénoncé pénalement la répression des forces de sécurité argentines contre les professionnels du secteur lors de manifestations devant le Congrès.

Les manifestations ont eu lieu la semaine dernière alors que la Chambre des députés débattait d’un paquet de lois présenté par le président Javier Milei et rejeté par des organisations sociales, syndicales et politiques.
« La présentation a été faite conjointement avec l’Association des journalistes graphiques de la République argentine et le Centre d’études juridiques et sociales pour déterminer les responsabilités dans l’attaque brutale et délibérée contre 35 journalistes qui ont été agressés avec des balles en caoutchouc, brûlés avec des gaz irritants ou frappés », note un communiqué du Sipreba.
Dans la plainte, déposée devant le tribunal fédéral 6 de cette capitale, il a été demandé d’enquêter sur des membres de la police municipale, de la police fédérale, de la sécurité aéroportuaire, de la gendarmerie et de la préfecture navale pour coups et blessures aggravés, vexations, privation illégitime de liberté et recours à la violence.
Le document précise également que les professionnels des médias publics, privés et autogérés étaient correctement identifiés comme journalistes, cameramen et photographes lorsqu’ils ont été agressés et, dans certains cas, ils étaient y compris en direct sur des chaînes de télévision telles que A24 et C5N.
Nous ne sommes pas des cibles mobiles. Les journalistes étaient là pour couvrir une nouvelle, a déclaré le secrétaire général du Sipreba, Agustin Lecchi.
« L’attaque et le harcèlement continus étaient aux mains des quatre forces fédérales qui ont agi dans le cadre du protocole mis en place par la ministre de la Sécurité, Patricia Bullrich, et le gouvernement de Milei. Il semble qu’ils cherchaient à ce que les gens ne soient pas informés de l’événement », a-t-il ajouté.
peo/rgh/gaz

EN CONTINU
notes connexes