mardi 16 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Une rapporteuse de l’ONU qualifie de dangereuse la possible extradition d’Assange

Genève, 1er mars (Prensa Latina) La rapporteuse spéciale de l’ONU pour les questions de liberté d’expression, Irene Khan, a considéré aujourd’hui la possible extradition vers les États-Unis du fondateur de Wikileaks, Julian Assange, comme un dangereux précédent.

Elle a également estimé que «la collecte et la diffusion d’informations, y compris sur des questions de sécurité nationale lorsqu’il existe un intérêt public, est un exercice légitime du journalisme et ne devrait pas être traité comme un crime».
Depuis quelques jours, le journaliste australien attend de la Haute Cour du Royaume-Uni qu’elle se prononce sur la décision judiciaire liée à sa possible extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison.
À cet égard, Khan s’est montrée particulièrement préoccupée par l’application de la loi nord-américaine sur l’espionnage, qui «ne prévoit aucune protection pour la publication d’informations d’intérêt public».
De même, la rapporteuse craint qu’une éventuelle extradition dissuade d’autres journalistes d’investigation de suivre les traces d’Assange, aux États-Unis et très possiblement ailleurs dans le monde.
C’est pourquoi elle a exhorté les autorités britanniques et nord-américaines à garantir, à tout moment, le respect du droit à la liberté d’expression, comme le prévoient les engagements internationaux souscrits par ces nations.
peo/mem/dgh

EN CONTINU
notes connexes