vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Cuba dénonce les causes de l’insécurité alimentaire mondiale

La Havane, 20 mars (Prensa Latina) L’insécurité alimentaire à l’échelle mondiale a atteint des niveaux extrêmes, qui sont accentués de manière structurelle par la prévalence d’un ordre économique international injuste et inégal, a déclaré hier Cuba par un message à un forum régional.

« Paradoxalement, cela se produit sur une planète qui dispose de suffisamment de nourriture pour nourrir tous ses habitants », a déclaré le chef de l’État cubain Miguel Diaz-Canel à la Conférence régionale de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), tenue ce lundi à Georgetown, Guyana.
Un rapport des Nations Unies sur la réalisation des objectifs de développement durable a prédit que plus de 600 millions de personnes dans le monde vivront dans la famine d’ici 2030, a rappelé le mandataire dont l’intervention complète a été divulguée mardi sur le réseau social Facebook.
Le Programme de développement durable à l’horizon 2030 a fixé comme objectifs l’élimination de la faim, la sécurité alimentaire et l’amélioration de la nutrition, ainsi que la promotion de l’agriculture durable, sur la base de la durabilité économique, sociale et environnementale des États.
« Mais la réalité est bien loin derrière les rêves. Six ans seulement avant l’échéance fixée pour atteindre ces objectifs, l’insécurité alimentaire mondiale a atteint des niveaux extrêmes », a-t-il expliqué.
Selon Diaz-Canel, la promotion de la recherche, le développement scientifique et technique, le transfert de technologies et l’accès aux technologies existantes dans les domaines de l’alimentation et de la nutrition peuvent contribuer à l’élimination de la faim et de la pauvreté sous toutes ses formes et dans toutes ses dimensions.
Ils peuvent également contribuer à une croissance économique soutenue, inclusive et équitable du bien-être humain et du développement durable du Sud et pour le Sud.
Dans la région de l’Amérique latine et des Caraïbes, a-t-il expliqué, les petits agriculteurs représentent 40 pour cent des exploitations agricoles et imposent un lourd tribut à la disponibilité alimentaire; cependant, 20 pour cent de ce secteur est confronté à l’insécurité alimentaire.
Inverser cette situation dépend, dans une large mesure, d’assurer un accès adéquat, préférentiel et à des conditions favorables, aux progrès scientifiques et techniques et au renforcement des capacités, a-t-il estimé.Selon le mandataire, « l’égoïsme de ceux qui s’enrichissent depuis des années aux dépens des peuples du Sud nous a laissé plus de faim et de pauvreté ».
En outre, l’application de mesures coercitives unilatérales a des effets dévastateurs sur l’exercice des droits de l’homme, y compris le droit à l’alimentation.
Le blocus économique, commercial et financier imposé à Cuba par le Gouvernement des États-Unis s’est intensifié ces dernières années à des niveaux sans précédent, entraînant des pertes de plus de 273 millions de dollars dans le secteur alimentaire, seulement entre Mars 2022 et Février 2023, a-t-il illustré.
peo/ro/mjm

EN CONTINU
notes connexes