jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’ONU exige le respect territorial suite à l’attaque israélienne contre le consulat iranien de Damas

Nations Unies, 3 avril (Prensa Latina) L'Organisation des Nations Unies (ONU) a exigé hier le respect de la souveraineté et de l'intégrité territoriale des États membres après l'attaque aérienne meurtrière contre le consulat iranien de la capitale syrienne.

Lors d’une réunion du Conseil de sécurité, convoquée à la demande de l’Iran, le secrétaire général adjoint Khaled Khiari a rappelé que l’ordre international fondé sur des règles est essentiel pour la paix et la sécurité internationales.
Khiari, qui est également chargé du Moyen-Orient, de l’Asie et du Pacifique des Départements des Affaires politiques et de la Consolidation de la paix, a également insisté sur le mandat du Conseil de maintenir la stabilité de la planète.
En ce sens, il a exhorté cet organisme des Nations Unies à œuvrer pour éviter une nouvelle escalade au Moyen-Orient en impliquant activement toutes les parties.
Il a assuré que les attaques israéliennes contre la Syrie visant des cibles liées à l’Iran sont de plus en plus meurtrières, surtout depuis qu’a éclaté la crise à Gaza.
« Des sources ouvertes ont fait état d’au moins une douzaine d’attaques de ce type depuis le début de l’année », a-t-il déclaré.
Bien qu’Israël ait rarement revendiqué la responsabilité de ces incidents, ses responsables ont reconnu à plusieurs reprises des opérations militaires menées en Syrie et ont laissé entendre que d’autres se produiraient à l’avenir, a averti Khiari.
Toute erreur de calcul, a-t-il manifesté, pourrait conduire à un conflit plus large dans une région déjà instable, avec des conséquences dévastatrices pour les civils qui subissent déjà des souffrances sans précédent en Syrie, au Liban, dans les territoires palestiniens occupés et dans l’ensemble du Moyen-Orient.
Peu avant, le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, s’était joint aux condamnations de l’attaque en insistant sur la nécessité de respecter les locaux et le personnel diplomatique.
Il a insisté sur l’inviolabilité des sièges « dans tous les cas », conformément au droit international et humanitaire.
Guterres a déploré les pertes en vies humaines et a appelé à un maximum de retenue pour stopper la propagation de l’escalade actuelle.
Selon des sources diplomatiques, sept conseillers militaires des Gardiens de la révolution iraniens et six Syriens ont perdu la vie suite au bombardement israélien de lundi contre le bâtiment du consulat iranien à Damas.
peo/livp/jha/ebr

 

EN CONTINU
notes connexes