samedi 18 mai 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’OMS demande à nouveau à Israël d’éviter d’attaquer la ville de Rafah

Ramallah, 1er mai (Prensa Latina) Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a réitéré aujourd’hui son rejet d’une éventuelle offensive israélienne contre la ville gazaouie de Rafah, où se réfugient plus d’un million de Palestiniens.

« Une invasion à grande échelle contre Rafah serait une catastrophe humanitaire », a averti le fonctionnaire sur son compte du réseau social X.
Nous lançons un appel à Israël pour qu’il n’agisse pas et nous exhortons toutes les parties à œuvrer pour un cessez-le-feu et une paix durable dans la région, a-t-il déclaré.
Il y a quelques heures, Adhanom Ghebreyesus a annoncé sur le même réseau social une rencontre avec Philippe Lazzarini, commissaire général de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine au Moyen-Orient.
Au cours de la réunion, « nous avons examiné la terrible et extrêmement préoccupante situation sanitaire et humanitaire à Gaza », a-t-il déclaré.
Le chef de l’OMS a déclaré que la famine provoquée par l’homme et le blocus imposé par Israël à l’entrée de l’aide humanitaire avaient accru le risque d’épidémie dans ce territoire.
Nos équipes continueront à travailler ensemble pour soutenir les services de santé de base et le redressement hospitalier dans toute la bande de Gaza, mais nous avons un besoin urgent d’un accès durable, sans entrave et sûr à ce territoire, a-t-il déclaré sur X.
Au nom de l’humanité, j’appelle Israël à ne pas lancer l’opération et à dialoguer afin d’avancer sur la voie de la paix, a récemment déclaré Adhanom Ghebreyesus au milieu des préparatifs pour attaquer la ville.
La presse israélienne a révélé que le Premier ministre Benyamin Nétanyahou avait promis à ses partenaires d’extrême droite au gouvernement qu’il attaquerait Rafah avec ou sans accord de cessez-le-feu avec le Hamas.
Netanyahou justifie l’opération en prétendant détruire le dernier bastion du mouvement islamiste dans la bande de Gaza, bien que des experts israéliens et étrangers estiment impossible d’éliminer ce groupe armé dans son ensemble.
peo/ode/rob

 

EN CONTINU
notes connexes