dimanche 14 juillet 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Des médecins néerlandais exigent que Cuba soit retirée de la liste des pays prétendument commanditaires du terrorisme

Amsterdam, 3 juillet (Prensa Latina) Des médecins néerlandais et d'autres pays européens ont exigé hier que le président des États-Unis, Joseph Biden, retire Cuba de la liste unilatérale de Washington des pays prétendument commanditaires du terrorisme.

Dans une lettre envoyée au président, l’organisation d’échanges éducatifs et scientifiques Cuba-Europe (Ceese, pour ses sigles en anglais) a mis en garde contre l’impact de ce type de mesures conçues par la Maison Blanche pour accroître la pression financière contre des nations souveraines.
Plus que les gouvernements, ces actions nuisent gravement aux populations, en particulier aux enfants, comme nous l’avons démontré dans des recherches avec des collègues d’Italie et du Royaume-Uni, souligne la lettre signée par le médecin et professeur néerlandais Paul Jonas, qui l’a partagée avec Prensa Latina.
Des spécialistes ont publié en 2021 dans le British Medical Journal une étude intitulée « Les sanctions économiques contre les pays sont des armes aveugles et devraient être interdites ».
L’expert en soins primaires du centre médical de l’Université de Leiden et secrétaire du Ceese a exhorté le président Biden, au nom de ses collègues, à prêter attention à l’enquête susmentionnée.
« Nous espérons que vous vérifierez les résultats de notre enquête, car vous prétendez toujours soutenir et protéger le peuple cubain », a-t-il souligné.
Cuba a été réinscrite sur la liste unilatérale des pays qui parrainent le terrorisme en janvier 2021, quelques jours seulement avant la fin du mandat du président Donald Trump, et ce dans le cadre de sa politique de renforcement du blocus économique, commercial et financier imposé à l’île depuis plus de six décennies. Une croisade maintenue depuis par Biden.
La lettre signale qu’avec la présence de la nation antillaise sur cette liste, le gouvernement états-unien nuit à son propre peuple en entravant la coopération scientifique entre les institutions des deux pays.
Jonas a rappelé que pendant la lutte contre la pandémie de Covid-19 Cuba avait développé des vaccins qui auraient pu être testés et appliqués aux États-Unis, où la maladie provoquée par le coronavirus SRAS-CoV-2 a fait plus d’un million de morts.
De même, les professionnels de santé intégrés au Ceese ont condamné le fait que l’hostilité de Washington affecte les échanges médicaux et scientifiques entre les institutions européennes et l’île, un exemple de la portée extraterritoriale du blocus.
Lorsqu’on me demande pourquoi Cuba figure sur la liste des commanditaires du terrorisme, je n’ai pas de réponse, car cette inclusion ne repose sur aucune preuve, a déclaré Jonas.
Le texte soutient par ailleurs les postures qui condamnent le blocus économique, commercial et financier imposé à l’île depuis plus de six décennies par Washington et exigent sa levée, y compris celles émises par l’Assemblée générale des Nations Unies dans des résolutions annuelles depuis 1992.
peo/livp/mem/wmr

EN CONTINU
notes connexes