dimanche 14 juillet 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Les difficultés de mobilisation de ressources limitent la portée de l’UNICEF à Cuba

La Havane, 8 juillet (Prensa Latina) La représentante du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef) dans cette capitale, Alejandra Trossero, a estimé que les difficultés à mobiliser des ressources limitent aujourd’hui la portée et l’impact du travail de cette agence à Cuba.

Contrairement à d’autres pays, Cuba a un groupe de donateurs réduit en raison des problèmes que nous connaissons et les sanctions qu’elle reçoit.
Il y a beaucoup de difficultés à articuler les dons et la coopération, a-t-il déclaré à Prensa Latina.
Ces circonstances, a-t-elle manifesté, «placent le pays dans une situation désavantageuse, surtout en ce qui concerne le financement du développement, car il y a d’énormes contraintes pour obtenir les fonds spécifiques dont il a besoin».
Malgré cela, elle est « très satisfaite des résultats de l’UNICEF dans le pays en 2023, « principalement parce qu’elle entretient des liens très positifs » avec les organismes et institutions étatiques.
Nous avons renforcé les services de néonatologie dans 19 centres, en apportant des fournitures vitales, et en même temps nous avons formé près de 5 000 professionnels, a déclaré Trossero, représentante de l’UNICEF à Cuba depuis janvier 2022.
« Nous apportons aussi des vaccins. Cuba a une grande capacité de production, mais un vaccin en particulier, pour les moins d’un an, ne peut pas être produit. Nous nous engageons à les apporter chaque année», a-t-elle expliqué.
Il s’agit du vaccin dit triple (il peut prévenir la rougeole, les oreillons et la rubéole) et l’année dernière, nous avons apporté 93 000 doses, a-t-elle manifesté.
Tout ce travail, a-t-elle souligné, a été rendu possible grâce à la coordination et aux efforts conjoints avec l’Organisation panaméricaine de la santé et le Programme alimentaire mondial, entre autres.
Évidemment, a-t-elle déclaré, nous voulons faire beaucoup plus, parce que nous connaissons la situation difficile du pays… Et pour être honnête, nous ressentons parfois un peu de frustration de ne pas pouvoir, même si nous faisons tout ce qui est à notre portée.
« L’une des principales préoccupations est le manque de médicaments pédiatriques. La priorité est d’obtenir un financement pour pouvoir les apporter. Je connais la réalité du pays et c’est un engagement personnel fort, pas seulement de l’UNICEF», a-t-elle déclaré.
peo/ode/raj

EN CONTINU
notes connexes