dimanche 14 juillet 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’OMS critique les ordres israéliens d’évacuation des hôpitaux de Gaza

Ramallah, 10 juillet (Prensa Latina) Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a mis en garde hier contre la crise du secteur dans la bande de Gaza et a critiqué les ordres d'évacuation annoncés par l'armée israélienne.

Les derniers rapports faisant état d’ordres d’évacuation dans la ville de Gaza entraveront encore davantage la fourniture de soins médicaux, actuellement très limités, a écrit le responsable sur son compte du réseau social X.
Il n’y a vraiment aucun endroit sûr dans cette enclave côtière, a souligné Adhanom Ghebreyesus.
Il a remis en question la décision de l’armée israélienne d’expulser les patients et les travailleurs des hôpitaux Arabe Al-Ahli et de la Société des Amis des Patients, situés dans cette ville.
Des patients ont reçu une décharge médicale précoce ou ont été transférés vers les hôpitaux Kamal Adwan et Indonésien, qui souffrent déjà d’une pénurie de carburant, de lits et de fournitures médicales, a-t-il noté.
Le centre de santé d’Al-Helou se trouve dans les blocs visés par l’ordre d’évacuation, mais reste partiellement fonctionnel, tout comme les hôpitaux As-Sahaba et Al-Shifa, a-t-il noté.
Selon le chef de l’OMS, « à l’intérieur des zones d’évacuation il y a également six points médicaux et deux centres de soins de santé primaires ».
Ces installations pourraient rapidement devenir inutilisables en raison des hostilités dans leurs environs ou de l’obstruction de l’accès ; un cessez-le-feu immédiat est nécessaire, a-t-il déclaré.
Il y a quelques jours, sur le même réseau social, Adhanom Ghebreyesus a averti que plus de 10 000 malades et blessés à Gaza avaient besoin de soins médicaux à l’étranger.
« Nous appelons à faciliter l’évacuation médicale par toutes les routes possibles, y compris Rafah et Karem Shalom, vers l’Égypte, la Cisjordanie, Jérusalem-Est et de là vers d’autres pays si nécessaire », a-t-il écrit.
Dans une interview accordée à la radio La voix de Palestine, le ministre de la Santé, Majed Abu Ramadan, a dénoncé le mois dernier que la situation du secteur dans l’enclave côtière est catastrophique.
Plus de 80 pour cent des hôpitaux et centres de santé de Gaza sont hors service en raison de l’agression continue d’Israël, avait-il alors dénoncé.
peo/livp/arc/rob

EN CONTINU
notes connexes