dimanche 14 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le chancelier autrichien juge inappropriées les sanctions contre la Russie

Vienne, 21 septembre (Prensa Latina) L’introduction de nouvelles sanctions contre la Russie n’est pas souhaitable pour le moment, car les mesures prises précédemment ont été inefficaces, a affirmé hier le chancelier  fédéral autrichien Karl Nehammer.

Nous avons adopté de nombreuses sanctions et maintenant nous devons voir leur effet, et jusqu’à ce qu’elles soient aussi efficaces que nous l’espérions, je pense que ce serait une erreur de penser à de nouvelles condamnations, a-t-il estimé à la télévision dans cette capitale.

Dans le même temps, le chef du gouvernement a signalé qu’en Occident et dans la société autrichienne il y a des signes de lassitude face aux sanctions.

Selon lui, Vienne est contre l’embargo sur le gaz de la Fédération de la Russie, car il affectera l’Autriche et le pouvoir exécutif devrait réfléchir aux conséquences.

La ministre de l’Énergie, Leonore Gewessler, a précédemment assuré que le pays avait réussi à réduire sa dépendance au gaz russe de 80% à moins de 50%, mais que cela n’est toujours pas suffisant.

Vienne travaille pour diversifier ses approvisionnements, réduire la consommation d’énergie et augmenter la proportion de sources d’énergies renouvelables, a déclaré la ministre.

De plus, un plan d’urgence a été établi en cas d’interruption totale de l’approvisionnement en gaz russe.La situation d’approvisionnement en hydrocarbures dans les pays du dénommé vieux continent s’est aggravée après l’éclatement du conflit armé en Ukraine.

Le 24 février dernier, la Russie a annoncé une « opération militaire spéciale » en Ukraine en réponse à une demande d’aide des leaders des républiques du Donbass.

Plusieurs pays occidentaux et leurs alliés ont réagi en imposant des sanctions massives à la Russie et ont commencé à approvisionner Kiev en armes.

À ce jour, l’Union européenne (UE) a adopté sept paquets de mesures restrictives à l’encontre du géant eurasien, dont un embargo sur le charbon et le pétrole.

Le président russe Vladimir Poutine a déjà exprimé que les sanctions occidentales contre sa nation nuisent aux économies des pays qui les imposent et provoquent également une crise mondiale.

Selon lui, l’obsession des mesures coercitives entraînera inévitablement des conséquences des plus difficiles et des plus insolubles pour l’UE, pour ses citoyens, ainsi que pour les États les plus pauvres, déjà confrontés aux risques de famine.

peo/livp/mgt/amp

 

EN CONTINU
notes connexes