mardi 16 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Un journal israélien dénonce le soutien des politiciens à la violence des colons

Tel Aviv, 28 juin (Prensa Latina) L'armée et les agences de sécurité israéliennes ont perdu le contrôle des colons, dont les attaques aveugles contre les Palestiniens sont encouragées par les politiciens d'extrême droite, a dénoncé aujourd'hui le quotidien Haaretz.

Le terrorisme dans les territoires occupés est « encouragé par les ministres et les membres de la Knesset (parlement) des partis de la coalition » qui soutiennent Benjamin Netanyahu, a souligné le journal.
Selon des responsables israéliens, l’exécutif empêche la police et le Shin Bet (service de sécurité générale) de s’attaquer à la violence des colons, ajoute le journal.
À cet égard, le journal note que les autorités ont bloqué les projets des forces de l’ordre visant à renforcer leur présence en Cisjordanie pour faire face à la situation.
Au début de l’année, le Centre d’information israélien pour les droits de l’homme dans les territoires occupés (B’Tselem) a déclaré que la violence des colons contre les Palestiniens est une autre méthode utilisée par Tel-Aviv pour contrôler la Cisjordanie.
Ils se livrent à toute une série d’actes, notamment des agressions physiques, des jets de pierres, des menaces et du harcèlement, des dégâts causés aux arbres et aux cultures, du vandalisme sur les voitures, des blocages de routes et même des tirs à balles réelles, note B’Tselem.
Les autorités israéliennes, y compris les forces de sécurité et le système d’application de la loi, sont pleinement conscientes de cette réalité, mais elles autorisent et soutiennent cette violence et profitent ensuite du résultat, a déclaré B’Tselem.
Le Premier ministre palestinien Mohammad Shtayyeh a récemment dénoncé le fait que plus de 751 000 colons vivent en Cisjordanie occupée.
Il y a 285 colonies israéliennes en Cisjordanie, a-t-il dit, notant qu’elles sont considérées comme illégales par la communauté internationale.
La semaine dernière, le gouvernement palestinien a qualifié d’odieuses et de génocidaires les déclarations du ministre israélien de la sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, qui a appelé à une opération militaire de grande envergure pour « tuer des milliers de terroristes ».
Le ministère des affaires étrangères et des expatriés a dénoncé dans un communiqué ces propos qui témoignent d’une intention criminelle et meurtrière évidente.
jcc/rob

EN CONTINU
notes connexes