samedi 25 mai 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Cuba confirme son appui aux efforts visant à interdire les armes nucléaires

Nations Unies, 26 septembre (Prensa Latina) Le ministre des Affaires étrangères de Cuba, Bruno Rodriguez, a assuré aujourd’hui que son pays continuerait à soutenir les efforts visant à l’universalisation du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires, en accordant la plus haute priorité aux progrès vers le désarmement.

Intervenant lors de la réunion de haut niveau organisée par l’ONU pour commémorer et promouvoir la Journée internationale pour l’élimination de ce risque, le ministre a qualifié de question de survie la fin de leur utilisation.
«La menace que représentent les armes nucléaires pour l’existence de l’espèce humaine ne pourra disparaître qu’avec leur élimination totale, comme l’avait préconisé le leader historique de la Révolution cubaine, Fidel Castro Ruz», a-t-il insisté.
Le ministre cubain a rappelé que l’année dernière, les détenteurs de ces armes ont continué à moderniser leurs arsenaux et à déployer de nouveaux systèmes d’armes nucléaires tandis que les dépenses militaires mondiales ont atteint des chiffres scandaleux.
Alors que des ressources exorbitantes sont gaspillées, les engagements en matière d’aide publique au développement sont bafoués et des millions de personnes dans le monde continuent de mourir de faim, de maladies curables et de pauvreté, a-t-il condamné.
À cet égard, l’adoption et l’entrée en vigueur du Traité d’interdiction des armes nucléaires sont un pas en avant, a-t-il reconnu.
Ce dernier, a-t-il manifesté, est la première norme juridique internationale qui interdit leur existence et leur utilisation en toutes circonstances et prévoit leur élimination totale tout en qualifiant explicitement leur utilisation d’acte contraire au droit international et au droit international humanitaire.
« Progresser vers un désarmement nucléaire transparent, vérifiable et irréversible doit rester une priorité », a souligné le ministre.
C’est une question de survie; C’est maintenant le moment de passer à l’action pour le bien des générations futures, a-t-il ajouté.
peo/ro/ebr

EN CONTINU
notes connexes