mardi 16 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Gaza connaît une crise humanitaire sans précédent, alerte l’ONU

Ramallah, 17 octobre (Prensa Latina) Le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a alerté aujourd’hui sur la situation critique dans la bande de Gaza, où jusqu’à un million de personnes ont fui leurs foyers à cause des bombardements israéliens.

« Le nombre de personnes déplacées depuis le début des hostilités (le 7 octobre) pourrait avoir atteint le million », a souligné l’entité dans son dernier rapport sur la crise dans cette enclave côtière.
L’OCHA a déploré que le point de passage de Rafah, qui relie Gaza à l’Égypte, reste fermé, empêchant ainsi l’acheminement de l’aide humanitaire, y compris de la nourriture, de l’eau et des médicaments qui manquent désespérément.
« Gaza est soumise à une coupure totale d’électricité pour la sixième journée consécutive, alors que les hôpitaux sont au bord de l’effondrement parce que leurs réserves de carburant utilisées pour faire fonctionner les générateurs de secours sont presque entièrement épuisées », a-t-il averti.
L’agence de l’ONU a souligné qu’Israël a repris le service partiel d’eau dans le sud de l’enclave, mais que cela représente moins de quatre pour cent du total consommé avant le début des hostilités.
Compte tenu de l’effondrement de la quasi-totalité des services d’eau et d’assainissement à Gaza, la population est menacée de mort imminente ou pourrait être touchée par des épidémies de maladies infectieuses, a-t-elle souligné.
À cet égard, l’OCHA a averti que la dernière usine de dessalement de l’eau de mer, sur les quatre qui desservaient le centre et le sud de Gaza, a cessé de fonctionner le 15 octobre, faute de carburant.
La plupart des 65 stations de pompage des eaux usées ne sont pas opérationnelles, ce qui augmente le risque d’inondations, a-t-il souligné.
Il a également critiqué les bombardements israéliens de zones densément peuplées dans cette région et les tirs de roquettes de milices palestiniennes sur le pays voisin.
« Les organisations de défense des droits de l’homme se sont déclarées profondément préoccupées par les incidents dans lesquels des civils et des biens de caractère civil semblent avoir été directement visés par des frappes aériennes israéliennes », a-t-il déclaré.
L’OCHA cite des données du Ministère des travaux publics de Gaza selon lesquelles, au 14 octobre, un total de 8 840 maisons ont été détruites et 5 434 endommagées ou rendues inhabitables.
L’Organisation mondiale de la santé a documenté 48 attaques contre des centres de santé dans la bande de Gaza depuis le 7 octobre.
« L’ampleur des dégâts subis dans le domaine de l’éducation et d’autres infrastructures civiles à la suite des bombardements est également une source de préoccupation croissante », a-t-elle déclaré.
Jusqu’au 16 octobre, 164 établissements d’enseignement ont été touchés par des frappes aériennes, dont plusieurs abritant des réfugiés et un bâtiment universitaire.
peo/lam/rob

EN CONTINU
notes connexes