lundi 20 mai 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’ancien président colombien critique l’ordre mondial

La Havane, 30 avril (Prensa Latina) L'ancien président de la Colombie, Ernesto Samper, a estimé hier que la dollarisation et l'unilatéralisme politique menacent la volonté d'établir un nouvel ordre économique mondial.

En reconnaissant le dollar comme référence, on donne un pouvoir de police monétaire aux États-Unis, a-t-il assuré.
Il a affirmé que « 30 à 40 pour cent des opérations internationales sont en dollars, qui représentent 60 pour cent des réserves mondiales, c’est pourquoi il faut réduire la dollarisation ».
L’expression la plus dure de cette dollarisation sont les sanctions unilatérales, a déclaré Samper, président colombien de 1994 à 1998, lors de l’inauguration dans cette capitale du Congrès pour le 50e anniversaire de l’adoption d’un Nouvel ordre économique international.
Aujourd’hui, a-t-il expliqué, 31 pays ont fait l’objet de sanctions économiques. Ils représentent environ un tiers de la population et occupent 70 pour cent de la surface mondiale.
Il y a de l’unilatéralisme à travers des sanctions économiques et politiques, comme les certifications des États-Unis et de l’Union européenne sur les droits de l’homme, l’environnement ou la lutte contre la drogue, a-t-il commenté.
Il a souligné qu’il existe des agences de notation des risques, des sociétés qui se réservent le droit de dire quel pays peut exister ou non, avec des notations dont personne ne sait comment et pourquoi elles sont calculées.
Nous devons construire une autre architecture financière, a-t-il déclaré, affirmant que le système mondial actuel « est absolument injuste et asymétrique ».
Pour Samper, le Fonds monétaire international, la Banque mondiale et l’Organisation mondiale du commerce intègrent une conception au service du néolibéralisme.
Si nous ne sommes pas capables de mettre en place une nouvelle structure, nous ne pourrons pas penser à un ordre économique plus juste, a-t-il déclaré.
Il a également critiqué les Nations Unies, « au sein desquelles cinq pays opposent leur veto à ce que décident 180 nations ».
Nous devons changer cela, a-t-il déclaré, qualifiant l’interprétation du capitalisme comme synonyme de démocratie et de droits de l’homme de « paradigme d’occidentalisation du monde ».
Nous pouvons introduire un autre modèle qui dirait que le socialisme égale la justice sociale, la justice sociale égale la liberté politique, a-t-il déclaré.
Ne nous contentons pas de critiquer un néolibéralisme qui ne fonctionne pas, qui a échoué, qui est injuste, asymétrique et improductif, proposons-en un autre, a-t-il ajouté.
Nous devons promouvoir la multipolarité, changer la carte du monde, a-t-il jugé.
Samper était l’un des intervenants du Congrès inauguré ce lundi à La Havane en présence de Bruno Rodríguez Parrilla, ministre des Affaires étrangères de Cuba.
Le Congrès, convoqué par l’Internationale Progressiste et l’Association des économistes et comptables de Cuba, et auquel participent des universitaires, des diplomates et des dirigeants politiques de 25 pays, se conclut aujourd’hui.
peo/livp/npg/raj

EN CONTINU
notes connexes