Agence de Presse de l'Amérique Latine

Des policiers se déclarent en grève sur le tas au Honduras

Tegucigalpa, 4 décembre (Prensa Latina)  Un groupe d´agents des forces spéciales Cobra, Tigre et Antiémeutes de la Police du Honduras s´est ce soir déclaré en grève sur le tas au milieu de la crise politique que vit le pays suite aux plaintes pour de prétendues fraudes électorales.


Selon des reportages de presse, se sont également unis au soulèvement des effectifs policiers de San Pedro Sula qui se résistent à réprimer les manifestations et à appliquer le couvre-feu en vigueur.

L´un des agents insubordonnés a déclaré à des journalistes que « nous ne sommes ni des machines ni des robots, et nous n´allons pas nous exposer à être tués dans les rues ni non plus à réprimer le peuple ».

Ces agents soulignent qu´ils font également partie du peuple et qu´ils ont des familles, et qu´ils ne veulent pas se tuer entre eux.

Ils attirent d´autre part l´attention sur les salaires impayés correspondants aux mois d´octobre et de novembre.

Le dimanche 26 novembre dernier, le Honduras a tenu des élections générales, dont les résultats définitifs officiels  n´ont toujours pas été communiqués suite aux irrégularités constatées, aux « défaillances » du système de calcul du Tribunal Suprême Électoral (TSE), et aux accusations de fraudes en faveur de l´actuel président, et aspirant à la réélection, Juan Orlando Hernandez.

C´est ainsi que plus d´une semaine après les élections les honduriens n´ont toujours aucune idée de qui est leur président.

Tout ceci a provoqué une forte instabilité politique et social dans le pays, alors que les partisans de l´Alliance d´Opposition contre la Dictature sont sortis dans les rues depuis mercredi dernier puisqu´ils considèrent que le TSE prétend voler la victoire de leur candidat, Salvador Nasralla.

peo/agp/acl