Agence de Presse de l'Amérique Latine

Cuba demande d´inclure plus de pays en développement au sein du Conseil de Sécurité

Nations Unies, 28 mars (Prensa Latina) L´ambassadeur cubain, Humberto Rivero, a aujourd´hui plaidé pour inclure plus de pays d´Amérique Latine et des Caraïbes, d´Asie et d´Afrique au sein du Conseil de Sécurité de l´ONU, ce dans le cadre de futures réformes de cet organisme.


En intervenant lors des négociations intergouvernementales à ce sujet, le diplomate cubain a souligné la nécessité du fait que l´ampliation du Conseil ait pour but fondamental de corriger l´insuffisante représentation de nations en développement, mettant particulièrement l´accent sur l´Afrique.

Ribero a indiqué que ce processus de réformes doit être basé sur une conception large et intégrale, et que des questions techniques et de fond comme le nombre de membres, la représentation régionale, les méthodes de travail et le processus de prise de décision, y compris le véto, devaient être abordées.

Cuba a également réitéré son engagement envers la revendication du Groupe Africain qui demande une plus importante représentation au Conseil de Sécurité.

L´ambassadeur cubain a défendu la proposition d´augmenter le nombre des membres permanents de l´organisme : avec un minimum de deux États d´Afrique, deux d´Asie et deux d´Amérique Latine et des Caraïbes.

« Les nouveaux membres permanents doivent avoir exactement les mêmes prérogatives et droits que ceux qui le sont déjà, sans que soient établis de critères sélectifs ou discriminatoires », a précisé le diplomate.

Il a également soutenu l´initiative d´accroitre le nombre de membres non permanents à un total d´au minimum 15, au lieu des 10 actuels.

D´autre part, la représentation cubaine a suggéré d´éliminer la proposition visant à créer de nouvelles catégories de membres du Conseil de Sécurité, puisque la Charte de l´ONU en établit clairement deux : les permanents et les non permanents.

Selon Ribero, les nouvelles catégories accentueraient les différences existantes et encourageraient la division entre les membres du Conseil, au lieu de contribuer à un meilleur fonctionnement de l´organisme.

La réforme du Conseil de Sécurité s´avère être une demande soutenue par la majorité de la communauté internationale, et fait partie des priorités du secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, dans son engagement à faire de l´organisme multilatéral un espace plus démocratique, inclusif et adapté aux réalités actuelles.

peo/oda/ifb