Agence de Presse de l'Amérique Latine

Cuba est un exemple important de collaboration Sud-Sud affirme la Cepal

La Havane, 7 mai (Prensa Latina) Cuba est un exemple significatif de tout ce que l’on peut faire en faveur de la coopération sud-sud, a aujourd’hui affirmé à La Havane la secrétaire exécutive de la Cepal, Alicia Bárcena, lors de l’inauguration d’une réunion de cette agence des Nations-Unies.


La dirigeante principale de la Commission Économique pour l’Amérique Latine et les Antilles (Cepal) a donné en exemple les pratiques de solidarité de Cuba qui placent l’être humain au centre de ses politiques économiques et sociales, a-t-elle souligné.

Selon ses termes, il existe de nombreux points communs entre les idées économiques et sociales de la Cepal  et les perspectives défendues par Cuba depuis le triomphe de sa révolution en 1959, sous la direction du président Castro.

La révolution, a-t-elle signalé, a entrepris de profondes transformations de l’appareil économico-social du pays pour accorder la priorité au bien-être de la société, à l’industrialisation, à la création d’emplois et à la diversification des exportations, le tout avec une intervention active de l’État.

D’après Bárcena, l’expérience cubaine prouve qu’il est possible de parvenir à l’égalité et à la justice, même dans des conditions économiques de grandes restrictions comme celles que vécut le pays après l’extinction de ses liens avec le camp socialiste et la défunte Union Soviétique.

L’avis de cette experte est que les politiques sociales de Cuba se démarquent par l’excellence de leurs résultats dans les domaines de l’éducation, de la santé et de l’aide sociale car ce sont là des éléments d’une vision globale de lutte contre la pauvreté et pour l’égalité dans tous les domaines.

La Cepal maintiendra “son engagement auprès de Cuba. Elle l’accompagnera dans son parcours indépendant et souverain vers le développement”, a résumé la fonctionnaire onusienne en lançant la Journée Nationale associée à l’ouverture de la  XXXVIIème série de réunion de l’organisation.

En outre, Bárcenas a répété son soutien à Cuba dans sa lutte contre le blocus économique, financier et commercial imposé par les États-Unis, blocus qu’elle a qualifié d’injuste et qui est condamné par la presque totalité des membres de l’Organisation des Nations Unies (191 pays sur 193 en 2017).

Du côté cubain, le ministre du Commerce Extérieur et des Investissements Étrangers (Mincex), Rodrigo Malmierca, a remercié la Cepal pour sa coopération et sa communauté de vues en ce qui concerne le caractère global sur les mesures à prendre dans le domaine du renouvellement économique, social et écologique.

Les rencontres de ce lundi matin seront consacrées à l’analyse de la contribution de la Cepal à la pensée économique et sociale de la région, ainsi qu’à la mise en pratique de l’Agenda 2030 sur le renouvellement durable.

C’est la seconde fois que Cuba accueille une rencontre de cette nature. La première eut lieu en 1949, à l’occasion  de la seconde période ordinaire des sessions de la Cepal, a rappelé la secrétaire exécutive de l’organisation.

La décision de choisir Cuba pour ces XXXVIIème rencontres fut décidée par acclamation de l’ensemble des États membres de l’organisation à la fin des travaux de la XXXVIème période de sessions, qui eut lieu dans capitale du Mexique en 2016.

Cet événement se déroulera dans le Palais des Conventions de La Havane et prendra fin vendredi.

peo/oda/mjm