Agence de Presse de l'Amérique Latine

Cuba accueillera une série de colloques destinés à la promotion d’une éducation sexuelle intégrale

La Havane, 15 juin (Prensa Latina) Selon une source spécialisée, des experts, des universitaires et des personnes militant dans le domaine de la sexualité originaires d’une douzaine de pays se réuniront à Cuba pour débattre et tenter de mettre en place une éducation intégrale à ce sujet.


Ada Caridad Alfonso Rodriguez, présidente du Comité Scientifique du VIIIème Congrès Cubain sur l’Éducation et l’Orientation Sexuelle, a fait savoir à Prensa Latina que cet événement aura lieu en même temps que d’autres colloques traitant de sujets connexes et qui se réuniront également au Palais des Conventions de La Havane du 25 au 29 juin.

“Ce Congrès est un congrès cubain avec participation internationale où des problèmes d’importance seront débattus. L’Équateur, le Chili, les États-Unis, l’Italie, l’Argentine, le Mexique y participeront mais nous attendons encore l’inscription d’autres nations étrangères", a précisé cette spécialiste.

Elle a souligné que la IIIème Réunion des Spécialistes d’Amérique Latine et des Antilles en programmes sur les stratégies à adopter en matière d’éducation intégrale de la sexualité se tiendra parallèlement à ce Congrès, ainsi que le VIème Colloque International des Trans identitaires, genre et culture.

À ces trois réunions, il faut ajouter les sessions du groupe de travail intitulé “Accélération du processus d’éducation intégrale de la sexualité en Amérique Latine et aux Antilles: l’apport des orientations techniques proposées par les Nations Unies”.

Ada Alfonso a également  indiqué qu’il y aura des forums spécialement destinés aux plus jeunes chercheurs et éducateurs et qu’on fera la présentation du livre “L’intégration sociale des personnes transsexuelles à Cuba” de Mariela Castro Espin, directrice du Centre National d’Éducation Sexuelle (CENESEX) et organisatrice de ce congrès.

La dite conférence débutera par un symposium sur “Les progrès, les défis et les enseignements de l’élargissement de l’éducation intégrale de la sexualité”, symposium organisé par le Fond de l’ONU pour la Population et la Faculté Latino-Américaine des Sciences Sociales (FLASCO).

Ada Alfonso a expliqué qu’il y aura en tout trois conférences, 15 groupes de travail, 12 symposiums, des tables rondes  coordonnées, deux ateliers  et des sessions portant sur des thèmes libres. Avant l’ouverture du congrès, on pourra également assister à des cours portant sur l’éducation et les Trans identités.

Pour ces cours, nous serons assistés par des professeurs venant d’Uruguay, d’Équateur, de Cuba et du Canada. L’un de ces cours sera dispensé par l’Organisation des Nations-Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture (UNESCO).

Nous aurons aussi la chance d’avoir la présence du professeur italien Paolo Valerio, qui viendra spécialement de Naples, et assurera une formation sur l’intégration sociales des personnes transsexuelles.

À notre question sur les personnes intervenant à ce congrès, Ada Alfonso a répondu qu’il y aurait de la place non seulement pour les universitaires, mais aussi pour les militantes et les militants transsexuels qui y présenteront leurs travaux et qui se sont engagés de manière très ferme à systématiser leurs expériences de plusieurs années.

“Il est excellent que des militants et des militantes de toutes les provinces puissent prendre part à ce congrès. Cela leur permet de socialiser le résultat des travaux qui ont lieu dans chaque coin de l’île. Il ne leur est pas toujours facile de communiquer entre eux”, a-t-elle déclaré.

Ada Alfonso s’est dite “légitimement fière” que le CENESEX se soit vu décerner, le 8 juin dernier, le Prix de l’Année de la Santé 2018 pour tout le travail effectué dans ce domaine par son organisation.

Mariela Castro a également été récompensée pour son œuvre et sa vie et pour le livre “L’intégration sociales des personnes transsexuelles à Cuba”. Elle a aussi reçu une mention, ainsi qu’Ada Alfonso, pour le volume qu’elles ont rédigé conjointement: “Violence de genre, prostitution et traite humaine”.

peo/Icl/Ig