Agence de Presse de l'Amérique Latine

Obrador appelle à la réconciliation et à la lutte contre la corruption au Mexique

Mexico, 3 juillet (Prensa Latina)Le nouveau président élu du Mexique, Andres Manuel Lopez Obrador, a appelé à la réconciliation, bien qu'il ait affirmé qu'il gouvernera avec rectitude et justice et qu'il tiendra ses promesses au peuple.


Après que l'Institut National Électoral ait confirmé sa victoire, le représentant de la coalition "Ensemble Nous Ferons l'Histoire" s'est adressé au peuple pour déclarer qu'il respecterait la légalité afin de concrétiser la partie fondamentale de son programme, c'est à dire d'éradiquer la corruption. Il travaillera pour tous les mexicains, mais avant tout pour les pauvres.

Nous allons faire des changements profonds en ce qui concerne l'ordre établi mais toutes les libertés citoyennes et sociales seront garanties, a-t-il ajouté.

L'autonomie de la Banque du Mexique sera respectée; le nouveau gouvernement maintiendra la discipline financière et fiscale. Les accords passés avec des entreprises et des banques étrangères seront reconnus, a-t-il assuré en s'adressant aux entreprises privées et aux investisseurs étrangers.

Il a également insisté sur le fait que les contrats accordés dans le secteur énergétique seraient vérifiés afin de corriger toute illégalité éventuelle.  Pour cela, il fera appel au Congrès et aux autorités compétentes nationales et internationales.

Nous n'agirons jamais de manière arbitraire et il n'y aura ni confiscations, ni expropriation de biens, a-t-il souligné à ce sujet.

Il a tenu à insister sur le fait que la corruption est la cause fondamentale des inégalités sociales et économiques et la racine même de la violence qui règne dans tout le pays.

Il a averti que personne ne sera à l'abri de la justice s'il commet un délit de corruption, que ce soit un compagnon de lutte, un fonctionnaire, un ami ou même un parent.

Il a aussi fait savoir qu'il consultera les représentants des Droits de l'Homme, les religieux, l'ONU et autres organisations nationales et étrangères pour mettre sur pied le plan de pacification du nouveau gouvernement.

Celui qui va devenir le prochain président du Mexique a ensuite expliqué les changements en politique internationale qu'allait appliquer son administration.

Nous serons les amis de tous les peuples, de tous les gouvernements du monde. Nous appliquerons à nouveau les principes de non-intervention, d'autodétermination, de résolution pacifique des conflits et des différends.

Nous chercherons aussi, a déclaré le futur nouveau président, à établir une relation d'amitié et de coopération avec les États-Unis basée sur la base du "respect mutuel" et de la défense des mexicains qui habitent et travaillent de l'autre côté de la frontière.

Lopez Obrador a remercié les chefs d'État étrangers pour les signes de solidarité dont ils ont fait preuve envers lui, précisant qu'il avait même eu des conversations téléphoniques avec certains d'entre eux.

Il a conclu en rendant hommage  au président sortant, Enrique PeñaNieto, et à son attitude respectueuse lorsqu'il a félicité, quelques minutes auparavant, le vainqueur de l'élection.

peo/agp/ool/cvl