Articles

Les assassinats contre les leaders sociaux continuent en Colombie

Bogotá, 19 juillet (Prensa Latina)L'escalade des assassinats de leaders sociaux et de défenseurs des droits de l'Homme se poursuit causant de graves commotions dans la société colombienne.


Dans les dernières heures, on a retrouvé le  cadavre d´Ibes Trujillo, dirigeant communal reconnu et membre du mouvement Marche Patriotique. Il avait disparu dans le département du Cauca depuis environ une semaine.

Lundi dernierun autre assassinat a également eu lieu dans le Cauca, celui du leader paysan Luis Eduardo Dagua, membre lui aussi de Marche Patriotique et père d'un ex-combattant du parti de la FARC (Force Alternative Révolutionnaire Commune).

Hier soir, le ministre de l'Intérieur de Colombie, Guillermo Rivera, a exigé que les maires  et les gouverneurs locaux  appliquent le décret de protection des leaders sociaux voté à la Commission Nationale des Garantie de Sécurité qui s'est tenue la semaine dernière.

" Les gouverneurs locaux et les maires sont ceux qui connaissent le mieux la dynamique locale. Leur apport et leur participation active sont vitaux pour la construction, l'application et le suivi de ce décret car ils sont le point de contact  avec les communautés et les organisations", explique Guillermo Rivera dans une circulaire qui leur est adressée.

Lundi dernier, face à cette  recrudescence de la violence dans le Cauca, le procureur général de la Nation, Fernando CarilloNégret et le président de la Commission pour la Vérité, Francisco de Roux, ont rencontré des centaines de dirigeants  sociaux de la région.

Depuis le 1er janvier 2106 et jusqu'à ce jour, plus de 300 dirigeants communaux, sociaux et politiques ont été assassinés en Colombie.

peo/agp/tpa