Articles

Samir Amin, intellectuel progressiste reconnu, est décédé en France

Paris, 14 août (Prensa Latina) L'intellectuel Samir Amin est décédé en France à l'âge de 86 ans. De nombreuses personnalités politiques et autres ont tenu à exprimer leur reconnaissance envers l'homme et leur admiration devant l'œuvre qu'il laisse derrière lui.


Né en Égypte en 1931, Amin a passé une grande partie de son existence sur le sol français où il a dédié sa vie à la connaissance et à la recherche jusqu'à sa mort, survenue dimanche 12 août.

Dans un communiqué de presse, le secrétaire général du Parti Communiste de France, Pierre Laurent, a salué, ce lundi,  "la mémoire et l'intelligence, les actes, la générosité et les énergies sans cesse renouvelées d'un homme dont la vie entière a été vouée aux mouvements populaires qui cherchent à transformer le monde".

À son avis, l'œuvre d'Amin avait un "unique objectif: l'émancipation humaine et sociale du capitalisme et de toutes les logiques de domination et d'exploitation que sont le colonialisme, l'impérialisme, le patriarcat, le fascisme, l'occidentalisme, la xénophobie et la guerre".

Pierre Laurent a aussi rappelé le militantisme actif de Samir Amin dans toues les combats contre le colonialisme et pour l'émancipation des pays dits du "Tiers-Monde".

"Il a été l'auteur d'une œuvre marxiste prolifique qui constituera  pendant longtemps une référence. Samir a formé plusieurs générations de chercheurs et de militants en Afrique, en Asie, en Amérique Latine, en Europe et en Amérique du Nord. Il a toujours donné la priorité aux contacts humains et au dialogue pour parvenir à des objectifs communs", a souligné Pierre Laurent.

De beaucoup d'autres pays du monde arrivent des messages de reconnaissance envers Samir Amin, notamment de la part des présidents Nicolas Maduro (Venezuela) et Evo Morales (Bolivie).

"Je regrette la perte physique de notre Frère Samir Amin, grand théoricien marxiste, anti- impérialiste, anticolonialiste, qui accompagna la lutte des peuples  du monde entier par sa pensée et ses enseignements. L'héritage de ses réflexions sur la justice sociale sera toujours reconnu. À ce titre, on peut dire que Samir est immortel", a publié Evo Morales sur son compte Twitter.

De son côté, Maduro a écrit  les phrases suivantes: "Je regrette la perte physique du révolutionnaire qu'était Amin. C'était un intellectuel marxiste, un économiste, et un géopoliticien égyptien de grande envergure. Ses apports à la lutte contre le capitalisme continueront à nous guider. Le combat continue, Camarade! Jusqu'à la Victoire'".

peo/tjg/lmg