Agence de Presse de l'Amérique Latine

Un ensemble musical et dansant met en valeur la culture haïtienne à Cuba

Ciego de Avila, Cuba, (Prensa Latina) Un groupe de 15 femmes, descendantes d´immigrés haïtiens résidant dans cette province cubaine, intègre l´ensemble musical et dansant Famzetwal, fidèle défenseur des traditions et racines culturelles de ses ancêtres.


Le groupe, fondé il y a plus de 20 ans sous le nom Renacer Haïtiano, a au début était formé par des hommes et des femmes, mais aujourd´hui se sont elles qui chantent, dansent, jouent les tambours et se démarquent en défendant le pouvoir féminin et l´égalité des genres.

Lors de chaque présentation la figure d´Exzilie est mise en avant, la Sainte Marine selon le syncrétisme haïtien, laquelle représente avec ses charmes la force de la femme dans la société.

Ces jeunes femmes vivent au sein de la communauté haïtienne de Tuero, dans la localité de Moron, à Ciego de Avila, où ses habitants maintiennent vivantes les coutumes héritées de leurs ancêtres et amenées à Cuba depuis Haïti lors du siècle dernier.

Au sein de cette petite communauté, les familles disposent d´un chapitre pour leurs cérémonies religieuses, d´un lieu couvert pour célébrer les fêtes traditionnelles, et d´un terrain destiné à cultiver les plantes traditionnelles utilisées pour soigner les maladies.

Ces familles ont également un professeur de créole, accrédité par l´Université Maximo Gomez de Ciego de Avila, qui offre des cours aux habitants, particulièrement aux jeunes et aux enfants.

Famzetwal, qui signifie les femmes étoiles, ne défend pas uniquement les rythmes de tambours, rite légué par ses ancêtres, mais conserve également les champs créoles, la cuisine et les boissons typiques de la terre haïtienne.

Dans le but de préserver et promouvoir les traditions, l´ensemble féminin, conjointement avec la Fondation Nicolas Guillen (FNG) de cette province du centre de Cuba, développe depuis deux ans le projet culturel communautaire Yambambo.

La promotrice de cette initiative, et membre de la FNG, Lina Leiva, a souligné que l´une des aspiration du projet est de conserver les croyances, coutumes, habitudes et rite de cette autre nation caribéenne pour son apport à la culture populaire et traditionnelle de Cuba.

Elle a souligné le fait que le groupe est lié à la Chaire Honorifique des Études Haïtiennes à Cuba de l´Université de Ciego de Avila.

"Les membres de Yambambo se réunissent tous les mois et réalisent des ateliers de danses, sur les plantes médicinales, de travaux manuels, présentent des repas typiques, des pâtisseries, et reçoivent des cours de créole", a signalé Leiva.

Pour ne pas laisser mourir la tradition, le groupe Renovacion Haïtiana a été créé; il est formé par des enfants et adolescents pour que perdurent pour toujours les racines de leur culture.

Le nom Yambambo fait référence à une voix onomatopéique créée par le célèbre poète cubain Nicolas Guillen dans l´un de ses poèmes.

peo/rgh/nmt