Agence de Presse de l'Amérique Latine

Un procès contre d’Assange pourrait avoir de graves conséquences, met en garde la presse nord-américaine

Washington, 22 novembre (Prensa Latina) Le procès judiciaire contre Julian Assange, fondateur du portail Wikileaks, pourrait être très dérangeant pour l’ensemble de la classe politique nord-américaine, a aujourd’hui estimé la presse nationale.


Selon le portail d’information politique de cette presse, l’imputation de charges contre Assange, divulguée par erreur, arrive à un moment compliqué pour le président Trump en raison de l’enquête du procureur Robert Muller, spécialement nommé pour tirer au clair l’ingérence supposée de la Russie dans les élections présidentielles de 2016.

Plus précisément, il est reproché à Wikileaks d’avoir publié peu avant ces élections des courriers électroniques d’Hilary Clinton, la candidate du Parti Démocrate à ces élections, et d’avoir ainsi porté un coup fatal à ses chances de victoire.

Le portail national de la presse rappelle qu’alors que les libéraux et les militants des droits civils défendent Assange en tant que journaliste protégé par le premier Amendement à la Constitution, les conservateurs se félicitent de la décision de ce dernier de rendre publique la correspondance électronique d’Hilary Clinton.

La réapparition d’Assange dans la vie politique nord-américaine à un moment où le juge Muller essaie de savoir comment Wikileaks a pu, à l’époque, se procurer ces textes piratés, lance un débat sur le sort qui devrait être réservé au cyber-activiste australien, souligne le portail de la presse.

Bien qu’Assange ait une foule d’ennemis aux États-Unis, surtout parmi les démocrates pro-Clinton et les membres des corps de sécurité qui voient en lui un agent étranger hostile à leur pays, certains acteurs influents pourraient ne pas être très enthousiasmés par la tenue de ce procès, explique la même source.

Samedi dernier, le quotidien The New York Times a affirmé que la cause secrète contre Assange pourrait établir un précédent de très mauvais augure pour le journalisme d’investigation aux États-Unis.

Beaucoup de détails cruciaux de la décision des procureurs nord-américains manquent encore de clarté, y compris en ce qui concerne la date de la plainte au pénal et le contenu spécifique des charges, fait remarquer le quotidien.

À quoi il faut ajouter la position prise par l’Association des Libertés Civiles des États-Unis qui considère qu’un tel procès serait anticonstitutionnel et ouvrirait la porte à toutes sortes d’attaques contre la presse.

Voilà six ans qu’Assange se trouve dans l’Ambassade d’Équateur à Londres, où il a trouvé refuge après que la Suède ait déposé une plainte contre lui pour agression sexuelle, bien que, par la suite l’affaire ait été classée.

peo/mem/rob