Articles

Le Venezuela rejette les critiques des États-Unis concernant la coopération avec la Russie

Caracas, 12 décembre (Prensa Latina) Le chancelier du Venezuela, Jorge Arreaza, a rejeté les déclarations du secrétaire d´État nord-américain, Mike Pompeo, qui a qualifié de gaspillage d´argent publique la coopération militaire entre la Russie et la nation sud-américaine.


Dans un message publié sur le réseau social Twitter, le diplomate vénézuélien a considéré la réaction du fonctionnaire étasunien d´irrespectueuse et de cynique, tout en rappelant la présence de 800 bases militaires des États-Unis dans 70 pays.

"Actuellement, 75 des 107 programmes de la nation nord-américaine destinés à l´échange en matière de sécurité s´opèrent en Amérique Latine", a ajouté le chancelier en réponse aux accusations de Pompeo suite à l´arrivée d´une représentation de la Force Aérienne russe dans ce pays pour réaliser un exercice de vols opératifs conjoints.

"Le Gouvernement de la Russie a envoyé des bombardiers de l´autre côté du monde, au Venezuela. Les russes et les vénézuéliens devraient voir cela pour ce qu´il en est: deux gouvernements corrompus qui gaspillent des fonds publics et répriment la liberté alors que leurs peuples souffrent", a souligné le secrétaire d´État étasunien sur les réseaux sociaux.

Ces déclarations ont été considérées d´insolites par le titulaire de la diplomatie vénézuélienne, lequel a assuré que Washington remet en question le droit souverain à la coopération en matière de défense et sécurité de la nation sud-américaine avec d´autres pays, et ce dans le contexte actuel des menaces d´agression militaire proférées par le propre président Donald Trump.

"S´ils veulent coopérer, qu´ils lèvent alors leurs sanctions à l´encontre du Venezuela", a insisté le chancelier.

"Il est certain que les 50 millions de pauvres et de familles sans accès à la santé publique aux États-Unis peuvent proposer d´autres fonctions plus justes pour ces fonds", a affirmé Arreaza en faisant référence au budget militaire de plus de 674 milliards de dollars du Gouvernement nord-américain pour 2019.

Pour sa part, le secrétaire de presse du président russe Vladimir Putin, Dmitri Peskov, a considéré de peu diplomatiques les affirmations de Pompeo.

peo/jf/ebr