Agence de Presse de l'Amérique Latine

Vers une seconde demande à Interpol pour localiser et capturer Rafael Correa

Quito, 21 décembre (Prensa Latina)Une seconde requête,destinée à ce quela justice équatorienne insiste pour qu´Interpol localise et capture Rafael Correa, a été présentée par Fernando Balda, lequel accusel´ancien président d´être responsable de son prétendu enlèvement en 2012.


La nouvelle démarche faite par Balda, prétendument victime d´un enlèvement en Colombie en 2012, pays dans lequel il se trouvait pour échapper à la justice équatorienne, survient à suite du premier refus d´Interpol de diffuser un signalement à l´encontre de l´ancien mandataire, qui réside avec sa famille en Belgique depuis 2017.

Selon Balda, « lorsque la première demande a été faite elle se basait sur un ordre de prison préventive ; cependant, il existe maintenant de nouveaux éléments. Il a été appelé à se présenter, une procédure est ouverte car des preuves ont été considérées valables ».

Malgré les déclarations de la supposée victime, il n´existe actuellement aucune preuve qui lie Correa à se prétendu kidnapping, lequel n´a toujours pas été prouvé.

Pour sa part, Correa insiste sur le fait qu´il n´a aucune relation avec ces faits supposés, et que ce processus est d´ailleurs illégale car les prétendus faits se seraient déroulés il y a six dans un autre pays.

Selon les avocats et partisans de Correa, l´affaire montée à son encontre fait partie de la judiciarisation de la politique que vit le pays sud-américain, et de laquelle est également victime l´ancien vice-président Jorge Glas.

peo/jf/scm