Agence de Presse de l'Amérique Latine

Le Venezuela souscrit à l´appel du Mécanisme de Montevideo

Caracas, 8 février (Prensa Latina) Le Venezuela souscrit aujourd´hui aux avancées définies par le Mécanisme de Montevideo pour ouvrir un chemin au dialogue dans le pays sud-américain, a exprimé le président Nicolas Maduro.


« Ils ont défini un mécanisme diplomatique pour un dialogue respectueux », a précisé le chef d´État lors d´une conférence de presse en présence de médias nationaux et étrangers depuis le Palais de Miraflores (siège de l´Exécutif).

Maduro a expliqué que le document envisage quatre phases : dialogue, négociation, compromis, puis la mise en œuvre des éléments établis dans l´accord.

Le mandataire a ainsi rejeté le texte exposé ce jeudi par le groupe de contact de l´Union Européenne (UE), qu´il a qualifié de partial.

Le chef d´État a cependant assuré être « prêt et disponible à recevoir tout envoyé de l´UE pour qu´il écoute la position du Venezuela ».

Puis il a d´autre part souligné que le Gouvernement des États-Unis tente de constituer une opposition armée sur le territoire national, comme ils l´ont fait en Syrie et en Libye.

« Ils ont tenté d´articuler des groupes pour faire un coup d´État, mais nous avons heureusement la capacité de défense grâce à nos renseignements populaire et stratégique, ainsi que par le pouvoir de la Force Nationale Bolivarienne », a-t-il exprimé.

Il a expliqué que la politique d´agression qui est tentée à l´encontre du Venezuela est la même que celle qui a été appliquée pour mener à bien la destruction de la Libye, tout en dénonçant qu´il est prétendu détruire des pays indépendants possédant d´importantes ressources naturelles en y introduisant une source de perturbation pour démanteler l´État.

Il a ce sens souligné que le pétrole vénézuélien compte sur des marchés alternatifs dans le monde, et ce malgré les sanctions imposées par Washington, qu´il a qualifiées de « pari insensé et criminel », y compris pour le propre peuple étasunien.

En ce qui concerne le gel des sept milliards de dollars et les actions d´embargo adoptées par la Maison Blanche à l´encontre de la filiale de l´entreprise étatique des Pétroles du Venezuela sur le territoire étasunien, Citgo, Maduro a réitéré que des actions légales seront engagées contre les personnes qui prétendent usurper des postes au sein de l´entité.

Le chef d´État a questionné la posture des nationaux qui applaudissent l´embargo imposé à l´entreprise vénézuélienne aux États-Unis.

Il a également affirmé que la droite tente de faire un « show » de la prétendue nécessité d´aide humanitaire, dans le but d´intervenir militairement dans le pays.

« La paix est également menacée par le gouvernement de monsieur Donald Trump, qui a ratifié dimanche dernier sa menace d´invasion militaire contre le Venezuela », a-t-il ajouté.

La manœuvre étasunienne, dont l´objectif serait de justifier une intervention sur le territoire national, est liée à la prétention d´imposer un gouvernement parallèle, et ce par le biais du député de l´Assemblée Nationale, organe inhabilité depuis 2016, Juan Guaido ; lequel s´est autoproclamé président en charge du Venezuela.

peo/mv/odf