Agence de Presse de l'Amérique Latine

Les États-Unis utilisent la rencontre de Varsovie comme forum pour attaquer l'Iran

Varsovie, 14 février ( Prensa Latina) Le vice-président des États-Unis, Mike Pence, et le secrétaire d'État, Mike Pompeo, ont réitéré depuis Varsovie leurs attaques verbales contre l'Iran au cours d'une conférence dont le but réel est d'isoler ce dernier pays.


Bien que l'objectif officiel de cette réunion dans la capitale polonaise ait été la paix et la sécurité au Moyen-Orient, la presse nord-américaine estime que le véritable objectif est tout autre.

« Il est impossible d'obtenir la paix et la stabilité au Moyen-Orient sans avoir à se confronter à l'Iran », a déclaré Pompeo aux journalistes, s'en tenant ainsi fidèlement à la thèse de Donald Trump en la matière.

"Ces commentaires", juge le New York Times, "en disent long sur le véritable but de cette rencontre".

Peu à près son intervention à ce forum, Pence s'est lancé dans une nouvelle attaque contre l'Iran.

Le vice-président a accusé ses alliés européens,  comme le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne d'être à la tête "des efforts menés pour créer des mécanismes destinés à passer outre les sanctions que nous avons imposées" contre l'Iran, puis il leur a demandé de se retirer de l'accord nucléaire signé il y a quatre ans.

Cet accord a été dénoncé par Trump qui a réinstallé l'application de plusieurs mesures coercitives contre Téhéran, une démarche à laquelle ses alliés du "vieux" continent ont refusé de souscrire.

L'Iran a maintes fois nié les allégations de Washington et a assuré que son programme nucléaire ne servait qu'à des fins pacifiques.

Lors de son intervention, Pence a repris toute une série d'accusations contre le gouvernement autocratique iranien qu'il accuse d'être à l'origine du terrorisme international.

Cette rencontre a mis en évidence les profonds désaccords sur ce thème entre les États-Unis et ses supposés alliés européens. La France et l'Allemagne n'y ont d'ailleurs pas envoyé leur ministre des Affaires Étrangères mais de simples diplomates de carrière, fait remarquer le New York Times.

L'objectif de l'administration Trump est d'utiliser l'Iran comme ennemi afin d'obtenir l'union entre Israël et les pays arabes, estime ce quotidien.

peo/mgt/rob