Agence de Presse de l'Amérique Latine

Avec la réforme des retraites de Bolsonaro, les Brésiliens devront travaillerez jusqu'à 77 ans

Brasilia, 22 juin (Prensa Latina) La très controversée réforme du système  des retraites et pensions que défend le Gouvernement de Jair Bolsonoro ferait travailler les brésiliens jusqu'à l'âge de 77 ans, selon les études faites par une équipe d'économistes indépendants.


De plus, cette équipe d'enquêteurs révèle que si les règles proposées par l'Exécutif étaient déjà en vigueur, 57 pour cent des actuels retraités ne pourraient pas encore bénéficier de leur retraite.

Selon ce projet présenté au Congrès pour discussion, beaucoup de travailleuses et les travailleurs ne pourront pas jouir d'une retraite dans l'avenir et les rares qui y parviendront auront un âge bien supérieur au minimum obligatoire, qui est de 65 ans pour les hommes et 62 ans pour les femmes, précise l´enquête.

La professeure d'Économie de l'Université Fédérale de Rio de Janeiro, Denise Gentil, assure que si la réforme maintient un âge de départ minimum de 65 ans et une période de contribution minimale de 20 ans, une bonne partie de la population masculine n'obtiendra un repos -pourtant bien mérité- qu'à 77 ans. La raison étant, selon Denise Gentil, qu'un travailleur ne parvient à payer sa contribution pour la retraite, en moyenne, que cinq mois par an.

"Dans une conjoncture économique défavorable, avec du chômage, des taxes à la hausse et des salaires à la baisse la tendance sera de diminuer encore plus le nombre de mois pendant lesquels les travailleurs pourront payer leur contribution-retraite, c'est-à-dire qu'elle sera payée moins de cinq mois par an. Les travailleurs devront donc attendre encore plus longtemps avant de pouvoir partir à la retraite", explique-t-elle.

Selon ces statistiques, en 2016,  57 pour cent des hommes correspondant aux critères nécessaires pour être actuellement à la retraite -15 années de contribution et 65 ans d'âge- aurait été dans l'impossibilité de l'être s'ils avaient été soumis aux critères de la nouvelle loi de Bolsonoro qui porte à 20 le nombre d'années durant lesquelles il faut s'acquitter de cette contribution.

Si la réforme passe, suivant le nombre d'années supplémentaires à 15 pendant lesquelles on se sera acquitté de cette contribution personnelle, les travailleuses et travailleurs ne pourraient partir à la retraite qu'entre 71 et 77 ans.

Une autre critique de Gentil sur cette nouvelle réforme est que la prime reçue par la famille en cas de décès restera la même que précédemment alors que le coût  de la  vie aura augmenté, ce qui contribuera davantage à l'appauvrissement de la majorité de la population.

Seule une politique de développement pour le pays et une croissance soutenue, estime-t-elle, pourront résoudre le problème que pose le système des pensions et des retraites.

peo/tgj/ocs/cvl