Agence de Presse de l'Amérique Latine

Cuba rejette à l’ONU les actions des États-Unis qui entravent la cause palestinienne

Nations Unies, 23 juillet (Prensa Latina) Cuba a réaffirmé aujourd’hui son soutien à la cause palestinienne et a rejeté les actions des États-Unis en faveur d’Israël, qui ne font qu’exacerber les tensions dans la région et violent les normes internationales.


Intervenant lors d’un débat public au Conseil de Sécurité, la représentante permanente de Cuba auprès de l’ONU, Ana Silvia Rodriguez, a souligné le droit du peuple palestinien à l’autodétermination.

Tout comme celui de disposer d’un État indépendant et souverain doté des frontières d’avant 1967, avec Jérusalem-Est pour capitale, et du droit au retour des réfugiés.

La diplomate a rejeté l’action unilatérale du gouvernement des États-Unis visant à reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, le retrait de l’appui financier à l’Agence des Nations Unies pour les Réfugiés Palestiniens, ainsi que leurs tentatives de saper la solution des deux États.

Cuba s’oppose au pacte dit du siècle, élaboré par Washington, qui ne prévoit pas la création d’un État palestinien, au mépris de la solution bi-étatique soutenue par l’ONU, le Mouvement des Pays Non Alignés, la Ligue Arabe et d’autres acteurs, a-t-elle indiqué.

Nous réitérons notre ferme condamnation de la décision du gouvernement étasunien de reconnaître le Golan syrien occupé comme territoire d’Israël, a-t-elle souligné, en violation de la Charte des Nations Unies, du droit international et des résolutions à ce sujet du Conseil de Sécurité.

De même, Rodriguez a rejeté la fabrication de prétextes et de concepts pour tenter de légitimer au Conseil de Sécurité l’emploi unilatéral de la force et l’agression contre des États souverains.

Nous demandons le respect du multilatéralisme et la fin des deux poids, deux mesures, la fin de l’ingérence dans les affaires intérieures, de l’agression étrangère et du parrainage de groupes terroristes pour promouvoir l’instabilité et les conflits au Moyen-Orient, a-t-elle souligné.

Depuis le dernier débat trimestriel jusqu´à aujourd´hui, au lieu de prendre des mesures pour mettre fin immédiatement et complètement à l’occupation israélienne illégale du territoire palestinien, l’expansion des colonies de peuplement est encouragée, ce qui est préoccupant, a-t-elle manifesté.

Les démolitions punitives, les saisies de structures palestiniennes par les autorités israéliennes, le déplacement forcé de centaines de personnes et l’escalade de la violence se poursuivent; la situation sur le terrain ne cesse de se détériorer, a-t-elle ajouté.

La délégation cubaine a condamné ces politiques, pratiques et mesures illégales et colonisatrices, ainsi que le recours aveugle et disproportionné à la force contre des civils palestiniens.

C’est pourquoi Cuba a réitéré son appel au Conseil de Sécurité pour qu’il s’acquitte de la responsabilité que lui confère la Charte des Nations Unies concernant le maintien de la paix et de la sécurité internationales.

Comme l’a souligné l’ambassadrice, le Conseil doit exiger la fin immédiate de l’occupation des territoires palestiniens, des politiques agressives et des pratiques colonisatrices, ainsi que le respect des résolutions sur la situation au Moyen-Orient, y compris la question palestinienne.

« Le silence complice du Conseil est inacceptable ».

En conclusion, Cuba a réaffirmé son soutien au Gouvernement et au peuple palestiniens, ainsi que sa solidarité et son soutien à l’entrée de ce territoire arabe en tant que membre à part entière de l’ONU.

peo/jf/ifb