Agence de Presse de l'Amérique Latine

Le folklore cubain et le jazz, un mélange tentant dans le disque de Daymé Arocena

La Havane, 27 juillet (Prensa Latina) Devenue l’un des principaux représentants de la musique fusion avec des influences de rythmes et de rites afro-cubains, la chanteuse Dayme Arocena a publié aujourd’hui la chanson de son plus récent phonogramme.


Sous le titre Trilogia (Trilogie), le nouveau matériel disponible sur Internet reflète les fortes influences de la musique afro-cubaine et est dédié aux divinités orishas Oya, Oshun et Yemaya.

La chanson fait partie du disque Sonocardiograma (Sonocardiogramme), disponible à partir du 6 septembre et qui montre la spiritualité de son auteur avec cet extrait.

Divisé en trois parties, où les tambours batá et les cantiques de la religion yoruba se mélangent avec les sonorités du jazz, le phonogramme est marqué par le sceau personnel de l’artiste polyvalente, qui possède une voix puissante.

Sa précédente production, Cubafonia (Cubaphonie), a vu le jour en 2017 et une nouvelle fois la chanteuse et compositrice a repris le travail avec Brownswood Recordings et a bénéficié de la collaboration des musiciens cubains Jorge Luis Lagarza au piano et au clavier, et Rafael Aldamo à la basse.

La plus récente présentation de la jeune artiste a eu lieu lors du festival Jazz Plaza de cette année, où elle a partagé la scène avec l’étasunien Benjamin Lapidus, et les Cubains Pablo Menéndez et Mezcla, ainsi qu´avec Kono et les Chicos de Cuba au Théâtre Mella.

peo/mv/lbl