Agence de Presse de l'Amérique Latine

Une avocate étasunienne dénonce l’illégalité de la loi Helms Burton

La Havane, 5 août (Prensa Latina) L’avocate étasunienne Soffiyah Elijah a affirmé que la loi Helms Burton, qui internationalise le blocus contre Cuba, est illégale et inconstitutionnelle, souligne aujourd’hui le journal insulaire Trabajadores.


Celle qui est également membre de la brigade Venceremos, en solidarité avec la plus grande île des Antilles, a assuré que trois décennies d’exercice de sa profession lui permettent d’assurer, sans aucun doute, qu´une telle imposition juridique est en contradiction avec la Constitution des États-Unis elle-même.

Elle a assuré que cette loi protège les actes criminels et les actes d’agression contre la souveraineté d’autres pays, ce qui ne sera jamais légal, et qu’un de ses articles permet d’engager des poursuites contre des entreprises ou des entrepreneurs de nations souveraines, sans tenir compte des lois cubaines et de leurs pays respectifs.

Elle a rappelé que, comme dans la législation cubaine, il existe aux États-Unis une protection juridique permettant au gouvernement de nationaliser lorsqu’il le juge nécessaire et que la propriété privée d’un étasunien peut être confisquée sans compensation financière.

L’hypocrisie de la loi Helms Burton est telle qu’elle justifie des actes d’agression financière contre Cuba et permet aux citoyens privés étasuniens, y compris ceux qui ont déjà été dédommagés, de porter plainte contre des institutions cubaines ou des investisseurs étrangers, a-t-elle souligné.

Elijah est directrice exécutive de l’Alliance des Familles pour la Justice, basée à New York, et une éminente défenseure des droits de l´Homme des communautés latines et d’afro-descendants victimes du système judiciaire aux États-Unis.

peo/mem/evm