Agence de Presse de l'Amérique Latine

Les cubains attentifs aux mesures concernant la conjoncture énergétique

Par Orlando Oramas Leon

La Havane, 12 septembre (Prensa latina) Les Cubains sont aujourd’hui attentifs aux informations sur les mesures gouvernementales prises pour faire face à une conjoncture énergétique nationale défavorable directement liée au blocus des États-Unis.


À cet égard, le président Miguel Diaz-Canel, aux côtés du Conseil des Ministres, se présentera à nouveau aujourd’hui lors de l´émission télévisée Mesa Redonda (La Table Ronde), où la veille, il a avancé des décisions destinées à faire face à la pénurie de certains combustibles en raison du renforcement de l’embargo économique, financier et commercial de Washington.

À cette occasion, il a dénoncé les mesures unilatérales prises par la Maison Blanche et les menaces proférées à l’encontre des compagnies maritimes et des compagnies d’assurance en lien avec l´approvisionner de l’île en carburant. Cela a empêché ces derniers jours que le mécanisme d’arrivée des navires dans le pays permette une continuité d’approvisionnement, ce qui représente une situation conjoncturelle étrangère à l’action du gouvernement cubain, a-t-il insisté.

Il a qualifié de génocidaire et de criminelle l’intention de l’administration Trump de rendre la vie des cubains difficile, dans le but de provoquer une explosion sociale.

Ils veulent rendre la situation sociale complexe pour nous arracher des concessions politiques, a-t-il manifesté.

Selon le président, ce scénario impose de prendre des mesures conjoncturelles pour minimiser l’impact des services de base sur la population, accroître l’économie des porteurs d’énergie et limiter l’utilisation du carburant.

À cet égard, a-t-il ajouté, la distribution de certains produits, les transports publics et la production d’électricité peuvent être soumis à des tensions.

Plan contre plan, a-t-il indiqué au sujet de la stratégie mise en œuvre pour minimiser les effets sur la population, qui a été appelée à renforcer le sens patriotique de l’unité nationale, encourager l´économie d´énergie comme mode de vie et faire face avec rigueur au détournement des ressources.

Interrogé sur la question de savoir si la situation actuelle permet d´envisager une nouvelle « période spéciale » comme celle des années 90 du siècle dernier, le dirigeant a répondut non.

Nous ne sommes pas en période spéciale parce que nous disposons aujourd’hui de forces qui n’existaient pas auparavant. C’est un tout autre scénario et nous avons une stratégie de développement économique et social, a-t-il précisé.

À cet égard, il a mentionné le développement et l’apport du tourisme sur l’île, avec plus de 70 mille chambres.

Il y a aussi l’exportation de services médicaux, la croissance des investissements étrangers et l’existence d’un secteur non étatique qui apporte une contribution économique importante et en augmentation.

Il a également mentionné la diversification des relations commerciales avec l’Europe, le Venezuela, la Russie et la Chine, entre autres partenaires.

Aujourd’hui, nous avons une production nationale de carburant qui garantit 40 pour cent de la production d’électricité, ce qui n’existait pas dans les années 1990 et constitue une force du pays, a-t-il souligné.

En compagnie du président caribéen, les titulaires de l’Energie et des Mines, Raúl Garcia, des Transports, Eduardo Rodrîguez, et de l’Economie et de la Planification, Alejandro Gil, se présenterons à nouveau aujourd’hui à la radio et à la télévision.

La veille, Gil a anticipé que certains investissements, qui consomment énormément de diesel, seront temporairement ralentis, car d´ici la fin du mois un seul tanker de ce combustible entrera en port cubain, le 14 septembre.

En réaffirmant que les mesures qui seront présentées aujourd’hui à la population sont temporaires, le président Diaz-Canel a assuré que l´approvisionnement de composants énergétiques pour octobre était déjà négocié.

Peo/mv/ool