Articles

Assange restera en prison après avoir purgé sa peine au Royaume-Uni

Londres, 13 septembre (Prensa Latina) La justice britannique a aujourd´hui annoncé que le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, devra attendre en prison le procès de son extradition vers les États-Unis, et ce après avoir purgé sa peine au Royaume-Uni.


Comme l’a expliqué la juge Vanessa Baraitser, du tribunal de Westminster, la décision fait suite à précédent cas « d’évasion » du cyber-activiste australien, qui devait en principe quitter la prison de Belmarsh le 22 septembre, où il est détenu depuis avril dernier.

Lors de l’audience tenue ce vendredi, à laquelle Assange a assisté par vidéoconférence depuis la prison, la juge l’a informé qu’après avoir purgé sa peine pour violation d’une caution accordée en 2012, son statut sera celui d’une personne qui fait face à un ordre d’extradition.

De mon point de vue, j’ai assez de preuves pour croire que si vous êtes libéré, vous vous enfuirez à nouveau, a déclaré Baraitser, en référence au fait qu’il y a sept ans, Assange a violé la caution accordée dans le cadre d’une affaire de délits sexuels présumés commis en Suède et a trouvé refuge au sein de l’ambassade de l’Équateur à Londres.

Après avoir été remis aux autorités britanniques par le gouvernement équatorien en avril dernier, le fondateur de Wikileaks a été condamné à 50 semaines de prison, mais il a droit à la liberté après avoir purgé la moitié de sa peine.

Les États-Unis veulent le juger pour avoir diffusé sur le portail Wikileaks des milliers d’archives et de documents secrets qui ont mis en danger la diplomatie et l’armée nord-américaines. Washington a présenté une demande d’extradition qui a déjà été acceptée par le gouvernement britannique.

L’audience sur la sollicitude de l’accusation étasunienne est fixée au 25 février de l’année prochaine, et s´il est envoyé aux États-Unis, le journaliste australien serait jugé pour 18 chefs d’inculpation qui entraînent une peine de 175 ans de prison au total.

peo/mv/nm/gdc