Agence de Presse de l'Amérique Latine

L’IFCO-Pasteurs pour la Paix rejette les mesures prises par les États-Unis contre Cuba

Washington, 23 septembre (Prensa Latina) La Fondation Interreligieuse pour l’Organisation Communautaire (IFCO)-Pasteurs pour la Paix, des États-Unis, a rejeté, dans une déclaration publiée hier, l’expulsion par Washington de deux diplomates cubains devant l’Organisation des Nations Unies.


Il y a trois jours, le Département d’État des États-Unis a annoncé la mesure prise à l’encontre des deux membres de la mission de l’île, basée à New York, et la restriction supplémentaire de la liberté de mouvement pour l’ensemble de cette représentation. Pour justifier cette mesure, l’organisme fédéral a indiqué que les Cubains étaient impliqués dans des activités portant atteinte à la sécurité nationale des États-Unis.

Ce critère a été catégoriquement démenti par le Ministre des Affaires Étrangères de Cuba, Bruno Rodriguez, qui a condamné la procédure et a qualifié de diffamatoire l’allégation selon laquelle les fonctionnaires avaient commis des actes incompatibles avec le statut diplomatique.

« L’IFCO s’associe à d’autres voix aux États-Unis et dans le monde pour exprimer notre émotion, notre colère et notre condamnation énergique du dernier mouvement de l’administration Donald Trump contre Cuba », a déclaré l’IFCO.

L´organisation a déclaré que l’action de Washington était contraire à la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques et a appelé le Gouvernement étasunien à revenir sur la voie « de la coexistence civilisée avec nos différences ».

Cuba n’est pas une menace pour la paix mondiale, ni pour le bien-être du peuple des États-Unis, a souligné l’IFCO, qui a rappelé que des milliers d’nord-américains se sont rendus dans la majeure partie des Antilles et sont revenus avec de chaleureux souvenirs.

Plus de 250 étasuniens ont reçu une bourse pour étudier à l’École Latino-Américaine de Médecine de La Havane, ainsi que des milliers de jeunes d’Afrique, d’Asie et d’Amérique Latine qui sont également retournés dans leur propre pays pour y exercer leur profession, a souligné l´organisation nord-américaine.

Elle a également critiqué le fait que Washington empêche les agriculteurs nord-américains de vendre leurs cultures à Cuba, et que les progrès médicaux du pays antillais ne sont pas disponibles pour les malades étasuniens.

« Dans le même temps, les médecins cubains travaillant à l’étranger sont insultés et harcelés par une nouvelle politique des États-Unis », est-il ajouté dans le communiqué.

Selon l’IFCO, la série d’attaques de Trump contre les relations bilatérales ne profite à aucun des deux peuples, ni au reste du monde.

Enfin, la fondation, qui a célébré cette année la 30ème édition de ses caravanes vers Cuba, s’est à nouveau engagée à poursuivre son travail en faveur de la solidarité, de la justice et de l’autodétermination.

peo/ir/dsa