Agence de Presse de l'Amérique Latine

La Syrie dénonce le blocus étasunien contre le système de santé

Damas, 15 avril (Prensa Latina) Le Centre de coordination russo-syrien a dénoncé aujourd’hui le fait que les États-Unis empêchent l’achat de fournitures médicales pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, y compris des équipements tels que des ventilateurs pulmonaires.

 Une centaine de tests sont effectués chaque jour, mais les établissements médicaux syriens ne disposent que de 25 mille places et souffrent d’une pénurie critique de ventilateurs pulmonaires dont y compris l´acheminement est entravé par les sanctions de l’Occident, indique un document à ce sujet.

Le système de santé syrien, souligne le rapport, est gravement affecté par la guerre terroriste qui a été imposée au pays et son rétablissement pour qu’il puisse lutter efficacement contre le coronavirus nécessite un soutien étranger.

Le document précise que la principale préoccupation est la situation sanitaire et épidémiologique dans le camp de réfugiés de Rukban, qui se trouve dans la zone d’Al Tanaf contrôlée par les États-Unis.

Selon les témoignages d’anciens réfugiés, les centres de santé y sont fermés, il n’y a pas de médicaments ou de médecins qualifiés, personne ne fournit d’aide et, en cas d’épidémie, les gens n’ont pratiquement aucune chance de survivre.

À Rubkan, où les troupes étasuniennes protègent des groupes terroristes, près de 50 mille personnes sont réfugiées, pour la plupart des femmes, des personnes âgées et des enfants, qui sont empêchés d’accéder aux rares envois d’aide humanitaire contrôlés par les éléments extrémistes protégés par les États-Unis.

Par ailleurs, les médias locaux ont indiqué que les États-Unis ont envoyé hier un nouveau convoi militaire en Syrie pour renforcer leurs bases illégales dans cette nation arabe.

Le convoi, le second en moins d’une semaine, était composé d’environ 40 véhicules blindés et camions chargés de matériel de guerre et logistiques, a précisé la chaîne d´information syrienne Ikhbariya TV.

Elle a également indiqué que la caravane est entrée dans la province syrienne de Hasakeh en provenance du nord de l’Irak et s´est dirigée vers les deux bases des États-Unis à Himmo et Qassrak, près de la ville de Qamishli.

Washington maintient plusieurs bases dans les champs de pétrole et de gaz dans les provinces syriennes d’Hasakeh et de Deir el-Zor, et parraine la milice séparatiste des Forces démocratiques syriennes (FDS), qui contrôle de vastes zones de la région d’Al-Jazeera à l’est de l’Euphrate.

Damas a dénoncé à maintes reprises la présence illégale des troupes nord-américaines en Syrie et l’a qualifiée d’occupation. 

peo/mem/pgh/ ga/fm