Agence de Presse de l'Amérique Latine

Le site Internet de l’ONU met en évidence le travail des étudiants en médecine à Cuba

Nations Unies, 7 mai (Prensa Latina) L’histoire de deux Sahraouies qui étudient la médecine à Cuba et qui contribuent aux côtés des professionnels de l’île à stopper la propagation du Covid-19 a fait la une des titres de l’ONU.

 Guidées par leurs professeurs, Umajutha et Maglaha, toutes deux réfugiées sahraouies étudiantes en médecine, vont de maison en maison pour enquêter sur l’état de santé des habitants et donner des conseils pour la prévention de la contagion, liés à l’hygiène et à l’isolement social, souligne le site.

Elles assurent que c’est leur façon de remercier le pays qui leur a donné l’opportunité d’étudier la médecine, rapporte cette plate-forme numérique.

'Comme beaucoup d’autres jeunes Sahraouis et d’autres régions du monde, y compris d’autres nationalités qui sont également des réfugiés, Umajutha et Maglaha ont bénéficié de bourses accordées par Cuba pour étudier la médecine dans le pays caribéen', est-il expliqué.

Le site d´information de l’ONU indique qu’Umajutha et Maglaha connaissent et appliquent toutes les normes sanitaires pour se protéger dans leur travail communautaire.

La page d’information de l’ONU montre également comment d’autres centaines d’étudiants en médecine et en stomatologie sur cette île, cubains et d’autres nationalités, participent volontairement à des recherches actives dans les villes où ils vivent et étudient.

Ces activités sont notamment menées dans le but de rechercher des personnes susceptibles de présenter des symptômes du Covid-19 ou un risque épidémiologique.

'Pour nous, participer aux travaux de recherche active est une façon de mettre notre grain de sable en ce moment où on en a tant besoin', a déclaré Maglaha sur le site de l’ONU.

Durant notre séjour à Cuba, nous avons appris non seulement la science, a-t-elle manifesté, mais également que les valeurs de solidarité et d’humanisme sont essentielles pour l’exercice de notre future profession.

Umajutha et Maglaha sont originaires du Sahara Occidental, en Afrique du Nord, et sont nées dans un camp de réfugiés situé dans la région de Tindouf, en Algérie.

Le Sahara Occidental est l’un des 17 territoires non autonomes placés sous la supervision du Comité spécial de la décolonisation de l’ONU. La zone est occupée principalement par le Maroc, ce que plusieurs pays du monde rejettent.

En 1976, le Front Polisario a proclamé son indépendance et créé la République Arabe Sahraouie Démocratique, reconnue à ce jour par plus de 80 États.

Le Maroc insiste depuis des années sur une proposition d’autonomie du territoire comme seule option pour mettre fin au conflit. De son côté, le Front Polisario souligne la nécessité d’organiser un référendum qui inclurait l’indépendance parmi les options.

Depuis 1976, Cuba fournit au Sahara Occidental un appui en matière de santé et d’éducation.

peo/agp/ifb