Agence de Presse de l'Amérique Latine

ONU : l’annexion partielle de la Cisjordanie est une menace pour la paix

Ramallah, 20 mai (Prensa Latina) L’envoyé spécial de l’ONU au Moyen-Orient, Nickolay Mladenov, a déclaré dimanche que la prétendue annexion partielle de la Cisjordanie au territoire israélien constituerait une réelle menace pour la paix dans la région.

 C’est grande menace, elle est interdite par le droit international et elle sapera l’ordre mondial fondé sur des règles, a déclaré le représentant de l’Organisation des Nations Unies (ONU) lors d’une conférence virtuelle.

Selon Mladenov, une telle action aurait des conséquences juridiques, politiques et sécuritaires, tout en compromettant les perspectives de paix et en encourageant la radicalisation de toutes les parties.

L’annexion réduira également les chances de normalisation des liens entre Israël et les États arabes, a-t-il souligné dans le Jerusalem Post.

De l’avis d´analystes, le nouveau gouvernement israélien, qui a pris ses fonctions ce jour dimanche, pourrait conduire à court terme ces plans expansionnistes en terres palestiniennes, malgré la condamnation de nombreuses voix au sein de la communauté internationale. Le premier ministre vétéran Benyamin Nétanyahou, qui continuera au pouvoir jusqu’en novembre 2021, a présenté les objectifs de l’alliance gouvernementale fondée sur un accord avec son principal rival, Benny Gantz.

Le moment est venu d’appliquer notre souveraineté aux communautés juives de Judée-Samarie, la Cisjordanie, cela n’éloignera pas la paix mais la rapprochera davantage, a assuré le chef du gouvernement.

Ces colonies, jugées illégales par l’ONU et une grande partie de la communauté internationale, feront partie d’Israël quel que soit le contexte, a insisté le politicien de 70 ans qui restera à la tête du pays malgré les accusations de corruption qui pèsent contre lui.

L’Autorité Palestinienne (AP), qui a rejeté d’avance les prétentions de Tel Aviv, a avancé qu’elle prépare une réponse avec l’assentiment de toutes les factions la composant.

Le président de l’AP, Mahmoud Abbas, a également condamné toute mesure conforme à l’Accord du Siècle présenté par les États-Unis, qui concède à ce peuple arabe une autonomie limitée au sein d’une patrie discontinue.

En outre, il laisse au régime sioniste la vallée du Jourdain et déclare Jérusalem, revendiquée des deux côtés, comme capitale indivisible d’Israël.

Les Palestiniens ne renoncent pas au droit garanti par les résolutions successives de l’ONU d’établir un État souverain, avec les frontières d’avant 1967 et Jérusalem-Est comme capitale, a assuré Abbas.

Des statistiques rapportées par la presse indiquent qu’environ 700 mille colons juifs vivent en Cisjordanie.

Selon la proposition étasunienne, Israël pourrait exercer sa souveraineté sur 30 % de cette zone.

peo/Jha/ap