Agence de Presse de l'Amérique Latine

Nouvelle attaque contre les missions médicales de Cuba

Washington, 18 juin (Prensa Latina) Trois sénateurs républicains des États-Unis lancent aujourd’hui une nouvelle attaque contre les missions médicales cubaines avec la présentation d’un projet de loi visant à punir les pays qui acceptent cette coopération.

Cette attaque se produit à un moment où une vaste campagne internationale appelle à l’attribution du prix Nobel de la Paix aux médecins cubains du Contingent international de médecins spécialisés dans les situations de catastrophe et d’épidémie grave Henry Reeve.

Cette proposition législative s’ajoute aux nombreuses actions entreprises à ce jour depuis Washington pour porter atteinte à la solidarité médicale de l’île.

Introduit par les sénateurs Rick Scott, Marco Rubio et Ted Cruz, le projet de loi appelle le Département d’État à publier la liste des pays qui ont un contrat avec le gouvernement cubain pour leur programme de missions médicales.

Selon cette initiative, l’entité fédérale devrait considérer le fait d’être une nation bénéficiaire de cette aide comme un facteur dans la classification des pays dans son rapport annuel sur la traite des personnes.

Les territoires inclus dans le niveau 3 de ce rapport unilatéral du Département d’État pourraient être soumis à des restrictions potentielles sur certains types d’aide extérieure des États-Unis, et sur d’autres fonds nord-américains et multilatéraux, a rappelé le texte.

L’objectif de ce projet, baptisé Cut Profits to the Cuban Regime Act (Coupez les profits du régime cubain), est de réduire les revenus perçus par le pays des Caraïbes par l’intermédiaire de ces brigades de professionnels de la santé, qui sont saluées par de nombreux États et organismes internationaux.

Selon le texte du projet de loi, les pays hôtes des médecins cubains seraient exemptés des sanctions liées au 'trafic d’êtres humains ' s’ils remplissent certaines conditions imposées par Washington, notamment que les paiements aux médecins soient effectués directement, et non par l’intermédiaire du gouvernement ou d’une organisation de parrainage.

L’introduction cette semaine du projet de loi susmentionné fait suite à une longue liste d’actions de l’administration de Donald Trump contre les brigades médicales cubaines, qui se sont intensifiées alors que l’île lutte aux niveaux national et international contre la pandémie de Covid-19.

Le 10 juin dernier, le secrétaire d’État nord-américain Mike Pompeo a notamment attaqué l’Organisation Panaméricaine de la Santé pour son rôle d’intermédiaire dans la collaboration médicale cubaine au Brésil.

Pompeo a également remis en question en mai les conditions de travail des médecins cubains, a salué les pays qui, sous la pression de Washington, ont retiré des médecins de l’île de leurs territoires et a appelé d’autres bénéficiaires de la collaboration cubaine à refuser cette aide.

peo/rgh/mer